×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Télétravail: Les top managers n’apprécient pas!

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5765 Le 20/05/2020 | Partager
Seuls 22% en sont satisfaits et comptent le maintenir au-delà de la crise
Pourtant, la productivité des salariés est jugée bonne avec une moyenne de 3,5/5
Isolement, difficulté à manager, manque de contrôle… Ce qu’ils craignent

Contraintes, les entreprises ont très vite mis une bonne partie de leurs collaborateurs au télétravail depuis le 20 mars dernier, date d’entrée en vigueur du confinement de la population. Les deux tiers des dirigeants sondés par Rekrute.com comptent actuellement des équipes travaillant à distance.

teletravail-065.jpg
Le télétravail a été adopté par les deux tiers des dirigeants, mais à diverses proportions. 44% ont mis moins de la moitié de leurs effectifs au travail à distance. Seulement 23% sont allés à 100%.

35% d’entre eux ont mis entre 80 et 100% de leurs équipes au travail à distance, tandis que 44% se sont limités à moins de la moitié des effectifs. «Nous ne nous attendions pas à une telle proportion, vu les mesures prises pour arrêter la propagation du virus», relève Rekrute.com.

Seuls 23% ont osé le travail 100% à distance. Souvent, des difficultés techniques (équipement informatique, connexion internet…), voire des restrictions juridiques (gestion de données personnelles) empêchent les entreprises de recourir à des opérations à distance. Les secteurs qui ont le plus opté pour le télétravail sont l’informatique, la banque-finance, l’agroalimentaire et l’immobilier. Ceux qui l’utilisent le moins sont le transport-messagerie-logistique et la pharmacie-santé.

Les dirigeants ne semblent pas apprécier leur expérience avec le télétravail. Uniquement 22% déclarent en être satisfaits et entendent le maintenir après le confinement, dans la mesure du possible. Les insatisfaits font référence à plusieurs contraintes. L’isolement social est la première raison les poussant à écarter ce mode de travail à l’avenir, suivi du manque de productivité des équipes, la difficulté à manager, la diminution du sentiment d’appartenance, et enfin, le manque de contrôle.

En matière de productivité des équipes, les patrons se contredisent, puisqu’ils octroyent une bonne note au rendement de leurs collaborateurs à distance, soit une moyenne de 3,5/5. Près de 60% leur attribuent une note entre 4 et 5, soit une productivité élevée à très élevée. 

Ahlam NAZIH

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc