×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Immobilier: Le confinement va-t-il influer les décisions d’achat?

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5764 Le 19/05/2020 | Partager
Les critères de choix ont considérablement changé
Logements plus spacieux, avec balcon, terrasse, jardin...
logement-064.jpg

La période de confinement a influé sur les critères de choix lors des décisions d’achats immobiliers. Beaucoup souhaitent plus d’espace (balcon, terrasse, jardin, vérranda...)

Malgré cette crise sanitaire, beaucoup maintiennent leur décision d’investissement immobilier. Selon les résultats d’une enquête récente, menée par le réseau immobilier international Keller Williams auprès de 500 clients et prospects, plus de 60% souhaitent toujours acquérir un bien immobilier et plus de 65% (soit 2 personnes sur 3) prévoient une baisse des prix et s’attendent à décrocher des opportunités dans les circonstances actuelles.

Mais les priorités ont désormais changé. «Les investissements immobiliers ne seront pas à l’abri de ce changement, lié directement aux difficultés vécues lors du confinement  comme le manque d’espace, de jardin et de terrasse…», souligne Youssef Mansour, PDG de Keller Williams Maroc.

Sans doute, le confinement a influencé aussi la manière dont une famille partage un même espace. Cette enquête a démontré en effet qu’environ 40% des personnes tendent vers un ajustement des critères de sélection de leur futur bien immobilier et souhaitent avoir un logement plus spacieux, avec un balcon, une terrasse et éventuellement un jardin.

«Environ 25% d’entre eux sont prêts à s’installer plus loin de leur travail pour bénéficier de ces avantages, et être plus proche de la nature et d’un climat meilleur, là où ils vivront mieux un éventuel futur confinement, notamment les zones périphériques», poursuit Mansour.

Outre les transactions d’achat et de vente, la filiale de l’américain Keller Williams assure aussi la gestion locative des biens immobiliers à des fins professionnelles ou touristiques. Elle a mené dans ce sens une autre enquête sur les intentions de vacances pour l’été.

Les circonstances actuelles vont également influencer la période estivale et le tourisme national profitera certainement de la fermeture des frontières et de l’incertitude de la situation sanitaire à l’étranger. «Nous avons fait recours à un second échantillon de 300 personnes issues de la classe moyenne pour étudier comment ils comptent s’organiser durant la période estivale», explique le dirigeant de KW.

Il en ressort que 80% de l’échantillon compte passer ses vacances au Maroc (même avec l’ouverture des frontières). En revanche, 3 personnes sur 4 n’ont plus de congé (épuisé durant le confinement). Ils comptent s’installer sur une zone balnéaire non loin de la ville et faire la navette.

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc