×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Premiers impacts sur les recettes fiscales

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5763 Le 18/05/2020 | Partager
A fin avril, le produit de l’IS recule de 3,5% et l’IR plonge de 10,2%
Le déficit budgétaire se creuse de 3 milliards de DH

Les effets du confinement et l’arrêt d’activité de plusieurs pans de l’économie commencent à se faire sentir sur les finances publiques. Le déficit budgétaire, pour lequel les agences de notation et les organismes de prévision prédisent un doublement cette année, s’est creusé de 3 milliards de DH à fin avril.

recette-fiscales-063.jpg

La structure des dépenses du budget général à fin avril fait ressortir une hausse de la part des dépenses de personnel, de l’investissement et  des achats du matériel

En recul de 4%, les rentrées d’impôts sont marquées par la baisse des recettes douanières et le recul de la fiscalité domestique (5,2%). Les droits de douane, la TVA à l’importation et la TIC sur les produits énergétiques sont en retrait de 2,4%.

Conséquence du ralentissement de l’activité économique, les recettes de la TIC sur les produits énergétiques chutent de 11% ! Moins de circulation automobile signifie moins de consommation de carburants, et donc, moins de TIC à encaisser pour le Trésor. C’est la première fois que cela arrive depuis des années. La TVA à l’importation elle, reste plutôt stable: 0,2%.

Dans le détail, la TVA sur les produits énergétiques a décru de 10,2% et celle sur les autres produits a augmenté de 2,1%. En revanche, les rentrées de TVA à l’intérieur marquent une progression 3,7%. Ce qui reflète le maintien de la consommation.  La bonne nouvelle est que le remboursement TVA de 4,8 milliards de DH à fin avril contre 4,3 milliards une année auparavant, ce qui constitue une bouffée d’oxygène pour les entreprises.

Les recettes de l’impôt sur les sociétés ont cédé 3,5% s’établissant à 15,1 milliards de DH alors que celles de l’IR plongent de 10,2%, soit 1,69 milliards de DH en moins. Ce qui renvoie à l’effet de la pandémie: 134.000 entreprises ont des difficultés et 950.000 salariés ne perçoivent que l’indemnité Covid-19, exonérée d’impôt! Déjà en difficulté avant la crise du coronavirus, le marché immobilier est à l’arrêt. Résultat, les recettes de l’IR sur profits immobiliers chutent de 25,6%!

Parallèlement, les dépenses ont augmenté de 3%. La hausse résulte des dépenses d’investissement de 23,5% et des dépenses de fonctionnement de 8,2%.  Celles-ci se sont établies à 76,7 milliards de DH dont 45 milliards au profit des salaires, un poste difficilement compressible. Il  s’est accru de  11,5%. Les dépenses de matériel sont sur un trend haussier (13,6%) alors que la compensation a diminué de 55,8%.

Khadija MASMOUDI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc