×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Moulay Hafid Elalamy devant le Parlement: Plaidoyer pour la «renaissance» de la production nationale

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5760 Le 13/05/2020 | Partager
Maintenir la confiance dans les produits marocains après le Covid-19
Attention à ne pas retomber dans le défaitisme qui prévalait auparavant
Autosuffisance, export... une industrie non négligeable du masque

Moulay Hafid Elalamy a fait sensation au Parlement lundi dernier. Après la Commission des finances de la Chambre des conseillers, le ministre de l’Industrie et du commerce a enchaîné avec les députés dans le cadre des questions orales thématiques. Devant les parlementaires des deux chambres, il a tressé des lauriers aux ingénieurs marocains qui ont fait preuve d’innovations et de la mobilisation pendant cette pandémie.

mhe-indutrie-060.jpg
Pour Moulay Hafid Elalamy, le Maroc, avec ses ingénieurs de haut niveau, est un pays capable de s’industrialiser. «Les métiers mondiaux prouvent que cette opportunité est à notre portée. Le Maroc produit 42% des pièces d’avions localement. Le secteur automobile a repris ses activités» (Ph L’Economiste)

«J’ai été surpris de leurs capacités à fabriquer des respirateurs et des moteurs d’avions. 17 brevets ont été enregistrés. Il y a de quoi être fiers», a souligné, avec pédagogie, le ministre du Commerce et d’industrie. La mobilisation a été également visible dans la production des masques en un temps record et en quantités suffisantes. Ce qui a contribué à donner au Maroc une réputation sur le plan international.

«Nous devons garder le cap après le Covid-19», a-t-il ajouté, de peur de retomber dans le défaitisme qui prévalait auparavant. En effet, le discours dominant vantait les mérites des produits importés de l’étranger et réduisait la qualité des produits marocains

. Depuis la pandémie du Covid-19, cette équation est inversée, a martelé le ministre qui a fait un plaidoyer pour la production nationale qui a accroché les parlementaires même dans les rangs de l’opposition. Il a multiplié les exemples pour convaincre que le Covid-19 a démontré que le Maroc, avec ses ingénieurs de haut niveau, est un pays capable de s’industrialiser

. Les métiers mondiaux prouvent que cette opportunité est à notre portée. Le Maroc produit 42% des pièces d’avions localement. Le secteur automobile a repris ses activités.

Dans cette affaire, les jeunes ne sont pas oubliés. Pour Moulay Hafid Elalamy, il est impératif de leur ouvrir des perspectives en leur procurant une nouvelle vision sur leur pays. D’ailleurs, d’autres compétences marocaines de l’étranger sont prêtes à faire le pas pour contribuer à ce chantier de l’industrialisation du pays.

                                                           

■ Feu vert pour l’exportation des masques

industrie-060.jpg

Après avoir atteint l’autosuffisance, le Maroc a donné dimanche son autorisation pour démarrer l’exportation d’une partie des masques de protection en tissu non tissé à usage non médical. Actuellement, il en produit 10 millions par jour dans 23 usines de textile. Rappelons que les masques sont subventionnés par le Fonds spécial de la gestion de la pandémie pour pouvoir les vendre à 8 DH la boîte de 10 unités. Sauf que le marché local n’est pas en mesure d’absorber les quantités produites. Les masques sont aujourd’hui suffisamment disponibles dans les pharmacies. Le rythme de livraison est passé de 6 millions à 2 millions d’unités par jour, sachant que la moyenne de consommation quotidienne ne dépasse pas 2 millions de masques.
Toutefois, le ministre a tenu à rassurer les parlementaires en affirmant que Rabat a réservé un stock stratégique de 50 millions de masques en tissu non tissé destiné à l’utilisation après la levée de l’état d’urgence sanitaire, qui prend officiellement fin le 20 mai. Il a précisé que les pays souhaitent importer du Maroc notamment la France a annoncé que les masques répondaient aux critères sanitaires. Cependant, Moulay Hafid Elalamy a été on ne peut plus clair: il n’exclut pas une nouvelle suspension si l’offre risquait de ne pas suffire pour répondre à la demande locale. «La priorité tracée par SM le Roi est limpide: répondre d’abord aux besoins des citoyens marocains», note -t-il.

                                                           

■ La digitalisation de l’administration en marche

transformation-digital-060.jpg

Avec plusieurs ministères et établissements publics, l’Agence de développement de la digitalisation (ADD), qui relève de son ministère, a franchi de grands pas en peu de temps dans le processus de dématérialisation. En effet, Moulay Hafid Elalamy a cité les récentes réalisations dans le cadre de la digitalisation de l’administration comme notamment le bureau d’ordre numérique, le parapheur électronique, la montée en flèche de la visioconférence et la signature électronique. Ces exploits en un temps record ont été accomplis sous la pression de la pandémie du Covid-19. Pour lui, dans les années à venir, le Maroc dispose de grandes capacités à utiliser et développer davantage la digitalisation dans le secteur public. Toutefois, «dans le passé, les ministères faisaient de la résistance à toute tentative d’ouverture vers d’autres départements. Maintenant, en un temps court, nous avons réalisé des choses. J’espère que nous n’allons pas oublier cet état d’esprit une fois la pandémie vaincue», dit-il.

■ L’usine d’éthanol reconstruite en une semaine: Pour mettre en relief les réalisations des marocains lorsqu’ils sont déterminés, Moulay Hafid Elalamy a donné l’exemple de la seule usine marocaine qui produisait de l’éthanol et qui était fermée pour cause d’incendie. Alors, en moins d’une semaine, l’usine a été reconstruite. Aujourd’hui, pour assurer son autosuffisance, le Maroc produit de l’éthanol, un alcool essentiel pour la fabrication des désinfectants.

Plus de 2 millions de masques en tissu réutilisables

Concernant les masques en tissu à multiples usages, le ministre a annoncé que la production marocaine a dépassé les 2 millions d’unités par jour. Plusieurs sociétés réclament le droit à l’exportation. Pour lui, il est hors de question de l’ouvrir à l’exportation tant que l’autosuffisance n’est pas réalisée. Il a par ailleurs indiqué que le Maroc allait atteindre progressivement le stock de sécurité qui est de 15 millions d’unités.

Contrôle dans les entreprises

termometres-060.jpg

Le contrôle des mesures de prévention prises dans les entreprises est mené par son département, en étroite collaboration avec les ministères de l’Intérieur, de la Santé et du Travail. Ainsi, ces commissions ont vérifié pas moins de 1.595 sociétés au niveau des mesures barrières. Elles ont donc inspecté l’hygiène des lieux, la disponibilité des matériaux de désinfection, l’utilisation des masques, la prise de la température du personnel et l’aération des locaux. Celles qui sont dans les normes n’ont pas été inquiétées. Pour d’autres, des délais d’un ou de deux jours étaient nécessaires pour opérer les ajustements pour une meilleure réadaptation. «Quant aux usines qui ne répondent pas aux critères, elle ont été fermées», a précisé Moulay Hafid Elalamy.

Mohamed CHAOUI

 

 

 

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc