×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

L’université de Settat fait son bilan post-crise

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5759 Le 12/05/2020 | Partager
100% des cours numérisés, en plus de classes et laboratoires virtuels
Une présence moyenne des étudiants en ligne de 75 %
4 projets de recherche incubés à la cité de l’innovation et 15 autres en cours
luniversite-de-settat-059.jpg

Depuis le 16 mars dernier, 707 cours ont été modélisés et mis en ligne (43.100 utilisateurs). Au total, 2.235 ressources pédagogiques ont été numérisées. Des dizaines de vidéos et de sonores ont également été enregistrés. Les enseignants des 7 établissements de l’université partagent leurs best practices en ligne afin d’améliorer leurs méthodes

Les universités publiques elles-mêmes s’étonnent de leur bilan en e-learning. Elles, qui depuis des années ont traîné des pieds en la matière, ont pu rattraper leur retard en un temps record.

«Nous avons compris qu’il fallait rapidement passer à une vitesse supérieure. Nous avons numérisé nos ressources et maintenu le contact avec nos étudiants par tous les moyens possibles. Mine de rien, nous avons réalisé un travail colossal», se réjouit Khadija Essafi, présidente de l’université Hassan Ier de Settat.

Evidemment, tout n’est pas parfait. Enseigner à distance nécessite des compétences auxquelles le corps enseignant n’a pas été formé. Les étudiants, pour leur part, peu autonomes, n’y sont pas habitués. Une enquête réalisée récemment par l’ENSAM Casablanca auprès de 741 étudiants a révélé que seul le quart comprend parfaitement les cours à distance. Sans compter les problèmes techniques liés au débit d’internet, à son coût et à l’accès à l’outil informatique.

A l’université de Settat, 100% des cours sont désormais en ligne via diverses plateformes. En moyenne, 75% des étudiants les suivent (95% dans les établissements à accès sélectif). Des dizaines de classes virtuelles ont été montées dans les disciplines scientifiques et techniques, en plus de laboratoires virtuels pour la simulation de travaux pratiques.

Pour apporter leur contribution à la lutte contre la pandémie, les chercheurs de l’université ont initié plusieurs projets R&D. Quatre ont été incubés à la cité de l’innovation de Settat: Un respirateur artificiel portable, un poumon artificiel, un système de feedback pour la réanimation cardio-pulmonaire, et enfin, un outil d’évaluation des performances des ventilateurs.

Quelque 15 autres ont été soumis à des appels à projets nationaux et internationaux: un désinfecteur d’air à plasma avec ionisation, un lecteur de température portable sans contact avec prise de photos, un Kit modulable 4 en 1 pour la fabrication de composants des respirateurs artificiels et équipements biomédicaux… Au-delà des contraintes qu’elle impose, la crise a permis aux universités de libérer leur potentiel caché.

Ahlam NAZIH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc