×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

De bonnes sources

De bonnes sources

Par L'Economiste | Edition N°:5751 Le 29/04/2020 | Partager

• Cas de contamination: Prudence!
La baisse du nombre des cas de contamination de ces derniers jours est, certes, positive, mais il n’y a pas vraiment de quoi jubiler. En regardant l’historique du nombre d’infections, l’évolution reste très erratique. Il est vrai que l’on est loin des 281 cas du 17 avril, cependant, le nombre est descendu à 121 le len­demain, avant de grimper à 237 le 22 avril, puis de redescendre à 55 le lundi 27 avril, avant de remonter pour atteindre 126 ce mardi à 10H. Pour la mathématicienne, spécia­liste de l’intelligence artificielle, Hajar Mousannif, cette semaine est décisive. Si la baisse se maintient sur au moins une semaine, nous pourrions «peut-être» espérer un début d’inversement de tendance. Cela dit, rien n’est acquis d’avance! Gare aux faux espoirs, la prudence reste de mise.
A.Na

• Aéronautique, vent de catastrophe
Le secteur de l’aéronautique redoute de très sérieux problèmes suite au coronavirus. Plusieurs grands, dont Airbus, GE Aviation et Boeing, vont renvoyer des salariés. Thales en présentant ses résultats, affirme qu’elle continue à recevoir des commandes. Boeing renonce à sauver le brésilien Embraer…Rap­pelons que le Maroc fait partie de la chaîne de valeur de ce secteur mon­dialisé où les entreprises françaises font très bonne figure.
N.S.

• Tourisme: l’UE change de règles?
Les ministres chargés du tou­risme dans l’Union européenne (où se trouvent de très loin nos princi­paux marchés) ont tenu ce mardi 28 avril 2020,une «web-réunion» de consultation pour le redémarrage du tourisme. Ce dernier compte entre 10 et 12% des emplois européens. Deux axes retiennent l’attention, la règlementation des professionnels et le trafic aérien. Il s’agit « de tenir compte des difficultés exception­nelles des entreprises, en particulier du secteur aérien, tout en protégeant les droits des consommateurs». On peut s’attendre à des pas en arrière par rapport à l’open sky. Rappelons que plus de la moitié des touristes du monde arrivent en Europe. Parmi ces derniers, les 4/5 viennent d’un autre pays européen.
 N.S.

• Lutte anti-Covid-19: 1,5 mil­liard de DH de l'UE
L'Union européenne vient d'an­noncer un don de 1,5 milliard de DH au profit du Maroc. Un accord dans ce sens a été signé lundi dernier à Rabat, entre l'ambassadrice de l'UE et les ministres des Finances et de l'Education nationale. Ce montant «vient en appui aux efforts du Ma­roc dans la gestion de la crise liée au Covid-19, notamment en termes d'accès à l'enseignement à distance de la population en âge scolaire».
M.A.M.

• Africa 50 fait un don au fonds anti-covid
Africa50 contribue au fonds anti-covid. La plateforme panafricaine d’investissement dans les infrastruc­tures dont le siège est à Casablanca annonce une contribution de 2,5 millions de DH.
M.A.B.

• Elalamy interpellé par les conseillers
La séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des conseillers a été dédiée au départe­ment du Commerce et de l'Industrie. Moulay Hafid Elalamy a été inter­pellé par les groupes parlementaires sur les mesures pour atténuer l'im­pact de la crise sur les entreprises, ainsi que sur le dispositif déployé pour garantir l'approvisionnement des marchés et la lutte contre la spé­culation.
M.A.M.

• CESE: Demande d’avis sur les effets du coronavirus
Le groupe parlementaire du Parti justice et développement a saisi lundi 27 avril le président du la Chambre des représentants. Conformément à l’article 152 de la Constitution, la présidence devrait saisir le Conseil économique, social et environne­mental (CESE) pour avis sur les ef­fets du coronavirus. Le représentant du groupe parlementaire PJD, Mus­tapha Ibrahimi, fait allusion dans sa correspondance «à l’impact sanitaire, social, économique et environne­mental du coronavirus» et demande au CESE «de proposer des solutions inspirées des meilleurs pratiques in­ternationales».
 F.F.

• «Upline Investments» se rapproche du groupe «Avant Scène»
«Upline Investments» vient de finaliser, à travers un fonds géré, une prise de participation minori­taire significative dans le capital de la holding dénommée «la Nouvelle Société Avant Scène». «Cette prise de participation a pour objectif de soutenir le plan de développement du groupe tant au niveau national qu’in­ternational. Et ce, notamment dans la communication événementielle, le conseil en stratégie de communica­tion et l’organisation de grands évè­nements», explique-t-on. Et d’ajou­ter: «ce rapprochement montre que le secteur de la communication évé­nementielle est prometteur, attire de nouveaux investisseurs, et se relèvera rapidement après la crise Covid-19».
Y.S.A.

• 212 Founders: Des finance­ments pour 7 startups
CDG Invest vient d’accorder des financements au profit de sept star­tups de la première promotion du programme 212 Founders. Après six mois d’accompagnement en incuba­tion, délivré par des entrepreneurs et des mentors de niveau international, elles ont ainsi bénéficié de finance­ments individuels variant entre 2 et 3 millions de DH. Les activités de ces startups couvrent des domaines va­riés, allant de la mobilité, à la logis­tique, aux marketplaces, en passant par l’hôtellerie, ou encore le SaaS (software as a service). Sur les sept accords d’investissement, quatre ont déjà été débloqués (Kifal Auto, In­vyad, Weego et Freterium). Les trois autres le seront dans les prochains jours. D’autres startups de cette pro­motion pourront également bénéfi­cier de financements à l’issue de leur passage en comité d’investissement.
M.A.B.

 Circulation: Encore un pataquès

La liste des personnes autorisées à circuler entre 19h et 5h car elles assurent un service public est la suivante: personnel médical, paramé­dical, les pharmaciens, les autorités locales, les forces auxiliaires, les services pénitenciers, la douane, l’administration fiscale. Pour raison de service de nuit, sont autorisés aussi les centres d’appels, les usines, les abattoirs, les boulangeries, le textile-habillement, l’agro-industrie, le convoyage de fonds, la sécurité, les permanences de l’administration publique, des cadres des entreprises d’information, des radios privées, des équipes d’intervention des services essentiels tels que la distribution de l’eau, d’électricité, de l’assainissement et d’hygiène…Ces personnes travaillant de nuit devront demander à leur employeur une attestation dans ce sens. Enfin, les personnes devant consulter un médecin en ur­gence sont aussi autorisées.
Une difficulté a surgi avec le Syndicat national de la Presse, autour de l’expression «des cadres des entreprises d’information» à cause du mot «cadre» excluant (peut-être?) les journalistes, cameramen, webmestre, photographes, rédacteurs, designer…
Lors des premières mesures de confinement, l’Intérieur avait oublié tout ce qui concerne de près ou de loin, les médias, TV, journaux, web, radio… L’intervention de l’Istiqlal avait permis de redresser la barre.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc