×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Enquête CGEM: 165.500 emplois menacés

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5750 Le 28/04/2020 | Partager
Les entreprises dont le chiffre d’affaires a reculé de plus de 50% craignent la perte de 100.000 emplois
Risque d’allongement de 60 jours des délais de paiement
Résultats préliminaires de l’enquête CGEM

Chiffres d’affaires prévisionnels en baisse pour le reste de l’année, la majorité des entreprises exportatrices n’entrevoit une reprise qu’en 2021… Les projections sur l’évolution de l’activité durant l’année en cas de reprise en juin sont pessimistes.

secteurs-dactivite-emploi-050.jpg

Les entreprises opérant la promotion immobilière, dans le tourisme et dans l’artisanat ont déclaré une baisse du chiffre d’affaires de plus de 60%. Dans le tourisme, les effectifs ont baissé de 78,24% en mars 2020

Un manque de visibilité qui fait craindre aussi des pertes massives d’emploi et un rallongement supplémentaire des délais de paiement… «La majorité des entreprises pensent que les délais de paiement se dégraderont d’au moins 60 jours après la reprise. Ce qui aura un impact sur la liquidité et la solvabilité des entreprises», alerte la CGEM dans l’analyse des résultats préliminaires de l’enquête menée auprès des entreprises.

Aucune activité n’a échappé à l’impact des conséquences de la pandémie. Lancée le 17 avril, l’enquête se poursuivra jusqu’au 1er mai. Au 23 avril, 1.820 réponses ont été comptabilisées dont 1.740 validées après élimination des doublons et de réponses incohérentes.

Les premiers résultats relèvent déjà que l’année a mal démarré. Dès le mois de janvier, une baisse de l’activité a été enregistrée par 566 entreprises, 722 ont déclaré la stabilité et 452 une hausse. La situation s’est aggravée en mars avec 815 entreprises qui ont vu leur activité plonger de plus de 50% et 301 entreprises ont déclaré une forte baisse, de 30% à 50%.

Les baisses de plus de 50% du chiffre d’affaires sont concentrées dans la promotion immobilière (qui était déjà mal en point), le tourisme, les industries culturelles et créatives, le textile ainsi qu’au niveau des médias. Les secteurs qui «s’en tirent» relativement en mars avec moins de 30% d’activité sont les assurances, la plasturgie, l’agriculture, l’énergie ainsi que l’aéronautique.

Face aux conséquences économiques du Covid 19, un comité de veille économique a été mis en place et les mesures en faveur de l’entreprise et de l’emploi ont été rapidement déclinées. Il s’agit du report du paiement des cotisations CNSS, des échéances fiscales pour les établissements qui réalisent un chiffre d’affaires supérieur à 20 millions de DH ainsi que des échéances bancaires. Selon l’enquête CGEM, 48,4% des entreprises (près d’une sur deux) ont demandé le report de paiement des cotisations sociales et 41,8% ont sollicité le report des échéances bancaires.

delais-de-paiments-050.jpg

Les délais de paiement risquent de s’allonger davantage. Ce qui pourrait impacter la liquidité et la solvabilité des entreprises.

Par rapport aux échéances fiscales, 37% des entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 20 millions de DH ont sollicité le report et 33,7% de celles dont le chiffre d’affaires est supérieur à 20 millions de DH le report du paiement de l’acompte de l’IS.

Le dispositif de décalage de règlement d’impôt sur le résultat, de cotisations sociales et des échéances bancaires a été massivement utilisé: 70% des entreprises ont demandé au moins un report et 22,8% les 3 reports simultanément. «Ces reports vont grever les liquidités futures des entreprises à la relance», souligne la Confédération patronale.

Les entreprises sondées par la CGEM ont des craintes sur l’emploi: 165.586 postes de travail, soit 55,11% de leurs effectifs seraient menacés. Celles dont le chiffre d’affaires a reculé de plus de 50% pourraient supprimer jusqu’à 100.000 emplois! L’indemnité CNSS financée par le fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie a bénéficié à 39,2% d’entreprises alors que 48,8% n’y ont pas encore recouru mais restent attentives à l’évolution des événements et 12% n’ont pas l’intention d’en bénéficier.

Pour la CGEM, «ces réponses laissent présager un possible doublement des demandes de l’indemnité forfaitaire». Sauf que les conditions d’octroi ont été revues et dépendront de l’évolution du chiffre d’affaires.

Khadija MASMOUDI

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc