×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Une stratégie de déconfinement partiel à l’étude

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5746 Le 22/04/2020 | Partager
Mais attention au relâchement et la démobilisation, alerte Aït Taleb
Le déconfinement sera partiel, en fonction des zones touchées

«Grâce à l’adoption des mesures barrières, l’anticipation et la rapidité dans l’action, le Maroc a pu atténuer la propagation du virus», tempère le ministre de la Santé, Kha­lid Aït Taleb, lundi devant les parle­mentaires.

En effet, le Royaume a procédé à l’adaptation des besoins de la Santé avec l’évolution épidémiologique. Résultat: la situation est stable mal­gré l’apparition de clusters au niveau de certaines unités industrielles et lors des cérémonies familiales. «Ces foyers ont été rapidement maîtrisés», rassure le ministre.

«Autant le re­cours au confinement est une mesure drastique et facile à mettre en oeuvre, autant le processus de déconfinement reste difficile et complexe», a sou­ligné le ministre de la Santé. Selon lui, le déconfinement reste tributaire de la situation épidémiologique non pas nationale mais régionale et par localité, car le risque de récurrence est plausible.

«C’est en ce moment que le dépistage massif combinant les tests antigéniques et sérologiques serait d’un grand apport», renchérit Khalid Aït Taleb. Aujourd’hui, le pays enregistre une hausse de la fré­quence des analyses de laboratoire pour atteindre les 2.000 tests par jour. Ce nombre devrait augmenter au fur et à mesure avec la réception des équipements médicaux commandés auprès d’autres pays.

En outre, une stratégie de décon­finement est actuellement en cours d’élaboration, puisqu’il nécessite une série de mesures spécifiques. «Le déconfinement se déroulera de manière progressive à l’échelle nationale, parce que même si la situation épidémiologique demeure stable, elle diffère d’une région à l’autre», insiste le ministre de la Santé notant que «80% des cas de Covid-19 sont concentrés au niveau de 3 régions».

Il s’agit dans l’ordre de la région Casablanca-Settat, Mar­rakech-Safi, et Fès-Meknès, respec­tivement avec 840, 739, et 473 cas. Ceci étant, l’indicateur de la morta­lité due au virus est en nette régres­sion enregistrant un taux de 4,6%. Et seuls 89 patients (sur les 3.186) sont sous soins intensifs en réanimation. Ce qui veut dire que «la situation est sous contrôle», martèle le ministre de la Santé.

Ne crions pas victoire trop vite

Selon le ministre de la Santé, l’indice de reproduction du virus «R0» a baissé de 3 à 0,162. Autrement dit le facteur de crois­sance de l’épidémie a été réduit. Ceci étant, la vigilance reste de mise. Et tout relâchement ou démobilisation risque de mener à l’apparition de nouveaux foyers de contamination ou des rechutes. Et c’est pour éviter une déchéance que le Maroc a décidé de main­tenir l’état d’urgence sanitaire et le confinement (jusqu’au 20 mai) jusqu’à ce que l’épidémie soit endiguée.

Youness SAAD ALAMI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc