×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Pour les agriculteurs, le Covid c’est la sécheresse!

Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:5744 Le 20/04/2020 | Partager
tariq-sijilmassi-044.jpg

Tariq Sijilmassi, président du directoire de Crédit Agricole du Maroc «Nous nous sommes engagés à leur apporter l’appui nécessaire en ces temps de crise et nous le faisons autant que faire se peut» (Ph. L’Economiste)

En plus de l’impact du coronavirus sur les agriculteurs, le groupe Crédit Agricole du Maroc doit surtout apporter une réponse concrète aux milliers de petits agriculteurs touchés de plein fouet par la sécheresse. Tariq Sijilmassi, président du directoire du groupe explique le combat engagé par la banque pour contenir autant que faire se peut, les effets de la sécheresse. 1,5 milliard de DH ont été mobilisés pour parer à l’urgence.

- L’Economiste: Combien d’entreprises ont-elles sollicité le crédit «Oxygène» auprès de votre banque?
-Tariq Sijilmassi:
Il ne faut pas oublier que nous sommes à, à peine, une dizaine de jours du lancement et de la mise en place de ce mécanisme. Il est donc encore trop tôt pour donner des statistiques détaillées mais je peux vous dire que nous recevons un flux journalier assez important de dossiers qui sont traités de façon régulière selon les compétences régionales ou lors des comités centraux qui se tiennent quotidiennement au siège.

- Plusieurs dirigeants des PME se plaignent de la complexité et du manque de transparence sur les conditions qui leur sont appliquées.
- Une fois reçus les dossiers sont à l’étude pendant une durée maximale d’une semaine au terme de laquelle ils sont soumis au comité compétent qui statue dessus et les transmet en 72 heures à la CCG laquelle donne son feedback pour qu’on procède à la concrétisation en une semaine. Les dossiers sont donc débloqués dans un délai maximal de 15 jours à partir de leur réception.
Contrairement à ce que vous dites, la procédure bancaire est très simple et la CCG a mis en place un canevas clair dont l’objectif est de s’assurer que la demande de crédit a bel et bien pour objet de maintenir les emplois et l’activité durant les trois mois à venir et non à régulariser d’anciennes dettes ou pour un refinancement ou autre.

- A combien s’élève le taux de rejet des demandes et qu’est-ce qui ressort de l’analyse des causes?
- Le taux de rejet est quasiment nul quand cela concerne des entreprises qui fonctionnent, qui cherchent à protéger leurs emplois, à pérenniser l’activité et qui documentent leurs demandes et la justifient par les frais des 3 prochains mois. Nous nous sommes engagés à leur apporter l’appui nécessaire en ces temps de crise et nous le faisons autant que faire se peut. Evidemment, toute demande ne remplissant pas ces critères est considérée, de facto, comme non éligible et ne peut être comptabilisée dans les rejets.

Propos recueillis par Abashi SHAMAMBA

                                                                           

1,5 milliard de DH mobilisés d’urgence

Les agriculteurs sont essentiellement impactés par le déficit pluviométrique enregistré lors de cette campagne agricole particulièrement difficile. Face à cette situation, le groupe Crédit Agricole du Maroc a déployé un dispositif complet comportant un ensemble de mesures visant à alléger l’impact de la sécheresse.

La banque a ainsi mobilisé une enveloppe additionnelle de financements de 1,5 milliard de DH destinés à la mise en œuvre de produits adaptés aux conditions climatiques difficiles et qui apportent une réponse conjoncturelle spécifique au manque de précipitations.

Cette enveloppe est déclinée autour de 3 composantes:

- Le crédit Laksiba doté de 500 millions de DH et dont l’objectif est de répondre aux besoins à court terme des agriculteurs pratiquant l’élevage d’embouche et l’élevage laitier. Ce produit permettra ainsi aux éleveurs d’acquérir l’orge (à 2 DH/Kg) mis à leur disposition dans le cadre de l’opération menée par le ministère de l’Agriculture.

- Filaha Rabiâia pour laquelle 600 millions de DH ont été consacrés. Ce dispositif cible les agriculteurs des périmètres désirant mettre en place leurs cultures printanières programmées ou en remplacement des cultures d’hiver affectées. Ces financements couvriront entre autres, l’installation et les frais d’entretien des activités maraîchères, les frais de culture du tournesol et du maïs, les frais liés à d’autres cultures de saison.

Enfin, le crédit Lghars doté de 400 millions de DH et qui permet aux agriculteurs de continuer à assurer l’entretien de leurs vergers et sauvegarder ainsi les futures productions. Cela concerne les travaux de taille, les frais d’’irrigation, l’achat et l’épandage des engrais; l’achat et l’application des traitements phytosanitaires, les frais de récolte… etc.

Par ailleurs, le groupe Crédit Agricole du Maroc a lancé une opération de traitement de l’endettement des agriculteurs à travers des reports d’échéances pour l’ensemble des clients de toutes les filières de productions agricoles.

Pour les petits agriculteurs, le traitement sera automatique à travers un report avec décalage des échéances des crédits moyen et long terme; le report des crédits de campagne ainsi que la possibilité de bénéficier d’un crédit moyen terme dans le cadre du programme Al Moustatmir Al Qaraoui pour faire face aux besoins de l’exploitation. Quant aux autres, le traitement sera fait au cas par cas.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc