×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
De bonnes sources

De bonnes sources

Par L'Economiste | Edition N°:5737 Le 09/04/2020 | Partager

• Intelaka: Un encours de 143,4 millions de DH déjà distribué
Comme l’a annoncé en exclusi­vité sur L’Economiste, le ministre des Finances, Mohamed Benchaâboun (cf. e-leconomiste n° 5733 du ven­dredi 3 avril), le programme Intelaka qui reste prioritaire a été momen­tanément mis en stand-by compte tenu des mesures de confinement qui rendent notamment la constitution du dossier impossible. En attendant, un retour à la normale pour accélérer la cadence des financements, le pro­gramme totalise, selon nos informa­tions, un encours de crédits octroyés de 143,4 millions de DH. Lancée fin janvier, l’offre de financement Inte­laka cible les TPE, les petites entre­prises, les jeunes porteurs de projets, les jeunes entreprises innovantes, les auto-entrepreneurs et les petites exploitations agricoles.
M.A.B.

• … Et préserve ses acquis auprès de S&P…
A l’image des autres principales agences d’évaluation dans le monde, Standard & Poor’s vient de maintenir, à son tour, la note souveraine du Ma­roc (Investment grade, BBB) en cette période de crise sanitaire mondiale induite par le coronavirus. L’agence de notation américaine va même plus loin en maintenant les perspectives stables. Et pour cause, elle estime que «l’impact économique et budgétaire défavorable de la pandémie de Co­vid-19 sera maîtrisé sans endomma­ger durablement et structurellement les paramètres de crédit». Mieux, les analystes de S&P s’attendent, une fois l’effet du coronavirus contenu, à ce que les autorités poursuivent leurs réformes structurelles économiques et budgétaires. Cela devrait conduire à une amélioration des performances économiques et budgétaires et à une baisse continue du déficit de la balance courante. A ce titre, S&P a salué la nouvelle étape franchie sur la voie progressive de la libéralisation du régime monétaire à travers l’élar­gissement de la fourchette de fluctua­tion du dirham.
M.A.B.

• … L’agence prédit 5,2% de déficit budgétaire en 2020
S&P donne aussi ses prévisions sur le niveau de déficit budgétaire. Ce dernier se creusera à 5,2% du PIB fin 2020. Cela est expliqué par l’impact conjoncturel défavorable de la pan­démie du coronavirus mais atténué par les mesures prises par le gouver­nement pour en contrer les effets éco­nomiques. Dans ce sillage, «la dette publique nette atteindrait 55,4% du PIB avant que l’assainissement bud­gétaire progressif ne reprenne avec le rebond économique de 2021», prédit l’agence de notation. En 2021, elle envisage un allègement du déficit budgétaire à 4% du PIB et de la dette publique nette à 55%.
M.A.B.

• Microcrédit: Les associations mobilisées
Comme les banques, les asso­ciations de microcrédit devraient également procéder au report du remboursement des échéances des microcrédits pour les clients qui le demandent et dont l’activité a été impactée par le coronavirus. Dans ce sillage, elles ont, elles aussi, mis en place des plans de continuité d’acti­vité. Selon la Fédération (FNAM), «l’ensemble des agences restent ac­tuellement ouvertes au public tout en respectant les mesures d’hygiène et de distanciation préconisées par les pouvoirs publics». Les AMC se disent également, compte tenu de leur rôle social de relais de proximité, prêtes à apporter leur aide pour faciliter la mise en oeuvre des mesures prises par les autorités envers leur clientèle ainsi que des citoyens en difficulté écono­mique. C’est dans ce cadre que les agents de développement sont mobili­sés pour faire le point avec les clients de leurs situations et leur proposer des solutions.

M.A.B.

• Les transitaires font don de 2 millions de DH au fonds coronavirus
L’Association des transitaires agréés en douane au Maroc contri­bue avec plus de 2 millions de DH au fonds spécial de lutte contre l’impact de la pandémie du coronavirus. Elle continue son action de sensibilisation auprès des autres membres de la pro­fession pour contribuer au fonds.
H.E.

• Les universités diffusent des cours à la radio
Après la télévision, les universi­tés recourent aux radios régionales pour diffuser des cours, depuis lundi dernier. La SNRT Casablanca, par exemple, s’occupe des diffusions de quatre universités: Casablanca, Settat, El Jadida et Béni Mellal. Les radios consacrent 3 heures aux cours, notamment en sciences humaines et sociales, du lundi au samedi. Le programme est déjà établi pour deux semaines. Les universités travaillent en ce moment sur celui des deux pro­chaines.
A.Na

• Un appel à projets R&D national contre le Covid-19
Le ministère de l’Enseignement supérieur et le CNRST viennent de lancer un appel à projets R&D dans les domaines en relation avec la pan­démie du covid-19. A la clé, un budget de 10 millions de DH. Comprendre la pénétration et la propagation du virus au Maroc, gestion de la période de transition, mesures préventives… Les projets doivent apporter des réponses concrètes. Quatre pôles universitaires ont été montés, afin de proposer des thématiques. Les projets (de 6 mois à un an) doivent être soumis au plus tard le 30 avril sur cette adresse: [email protected] cnrst.ma. Vu l’urgence de la situation, le ministère réussira-t-il à débloquer l’argent rapidement? Lors des précé­dents appels à projets, cela avait né­cessité plus de 3 ans!
 A.Na

• ADM équipe son écosystème en masques de protection
La société Autoroutes du Maroc vient de mettre à la disposition de ses collaborateurs qui ne sont pas en télétravail un stock de masques de protection. Elle en a également équipé l’ensemble de son écosystème constitué du personnel des sociétés de prestation de services externalisés et des entreprises de BTP en charge des chantiers d’infrastructure et des travaux de maintenance.
H.E.

• Bureaux d’hygiène:  Ait Taleb sollicite Laftit
Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé, a sollicité Abdelouafi Laftit sur les mesures lancées par les bureaux communaux d’hygiène. L’objectif est d’améliorer l’efficacité de leur action. Parmi les propositions du dé­partement de la Santé, le respect des procédures techniques de désinfection téléchargeable sur le site du ministère. L’idée est aussi d’éviter la désinfec­tion par fumigation qui a montré son inefficacité. Ces bureaux sont aussi appelés à jouer un rôle de sensibili­sation des citoyens pour bannir cer­taines pratiques. Par exemple, l’eau de Javel ne doit pas être mélangée au vinaigre, ni à l’alcool.
M.A.M.

• Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi
Decathlon a élargi cette semaine le blocage de ses masques de plongée «Easybreath» au Maroc. L’objectif est de les réserver au personnel soignant et aux centres de recherche pour sa transformation en masque de protec­tion pour les soignants. L’initiative est partie d’Italie, l’un des pays les plus endeuillés par la pandémie. Des pho­tos ont alors montré des praticiens habillés avec ce masque adapté. Son adaptation peut servir soit à protéger le personnel soignant qui manque de masques médicaux, soit pour le mo­difier et le brancher à un respirateur.
A.A.

• Cité de l’innovation de Marrakech: Démarrage après la crise
La cité de l’innovation de l’univer­sité de Marrakech était en pleine ins­tallation de son matériel au moment du déclenchement de la crise du Co­vid-19. Avec le confinement, l’opé­ration a été mise en suspens. L’uni­versité prévoit de démarrer la cité au plus tard deux mois après la sortie de crise.
A.Na

• Des masques gratuits pour les habitants du Nord
L’Amith, l’Amith-Nord et la Chambre de commerce de Tanger-Té­touan-Al Hoceïma font front commun contre le coronavirus. Ils viennent d’annoncer leur volonté de mettre à la disposition des habitants du nord 4 millions de masques au courant de ce mois d’avril. Pour y arriver, les opé­rateurs du secteur dans le nord reou­vriront quelques unités de confection, dans le respect total des conditions d’hygiène et de sécurité pour la fabri­cation de ces masques. Ils seront dis­tribués gratuitement en concertation avec les autorités locales.
A.A

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc