×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Assurance auto: Les assureurs veulent sécuriser le paiement

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5736 Le 08/04/2020 | Partager
Les contrats échus entre le 30 mars et le 30 avril reconduits automatiquement
Un dispositif pour assurer le recouvrement des primes

Pandémie de coronavirus oblige, les contrats d’assurance ex­pirant entre le 30 mars et le 30 avril seront automatiquement prorogés. La période de la suspension reste due et devra être acquittée par les clients une fois que l’état d’urgence sanitaire sera levé.

Reste maintenant aux assureurs à finaliser les modalités de cette pro­rogation exceptionnelle qui n’est pas sans contrainte. Les dirigeants des compagnies ont tenu récemment une réunion sur le renouvellement et le recouvrement des primes.

«La proro­gation des contrats arrivés à échéance au cours de cette période aura deux implications majeures pour la pro­fession: un, certains clients couverts pendant la période de suspension pourraient être tentés de changer d’assureur sans avoir réglé la prime y afférente. Deux, le maintien ou pas du taux de bonification de 10% en cas de non-renouvellement du contrat au-delà de 48h», explique un agent géné­ral.

Ainsi, le schéma envisagé consiste­rait à consulter les informations sur les compagnies tenantes et la date de fin du dernier contrat. Les assureurs sont invités à adhérer au web service rela­tif au déversement instantané des af­faires produites pour que l’information puisse servir de preuve de paiement de la période prorogée. Les compagnies n’ayant pas encore adhéré à ce dispo­sitif sont invitées à le faire au plus tard le 15 avril.

Le scénario actualisé accorde aux clients la possibilité de choisir un nou­vel assureur s’ils le souhaitent, à condi­tion de payer la période de prorogation (entre le 30 mars et le 30 avril). Les assureurs n’auront aucune difficulté de vérifier via l’applicatif métier que le client n’a pas laissé d’ardoise chez son précédent assureur.

De plus, en cas de changement de compagnie, l’assuré devra présenter l’attestation de son ancien assureur comme preuve de paiement de la période prorogée. Les clients n’ayant pas payé ne pourront bénéficier du taux de bonification de 10% (CRM ou coefficient de réduction majoration). Si le système informatique ne retourne pas le CRM, l’assureur n’a pas le droit de réaliser une «nouvelle affaire».

La compagnie qui ne respec­tera pas cette règle devra reverser à l’assureur précédent le montant de la prime concernant la période prorogée. Pour les clients ayant réglé la période correspondant à l’état d’urgence, la pé­riode d’interruption des contrats ne sera pas tenue en compte dans le calcul du bonus-malus. Les flottes entreprises ne sont pas concernées par la prorogation puisque les contrats arrivent à échéance le 31 décembre.

A noter que pendant la période du confinement, l’utilisation des véhicules a beaucoup baissé. Ce qui s’est traduit par une baisse drastique des sinistres. Une aubaine pour les assureurs.

Gros risques d’impayés

Le dispositif final devra encore être validé par le régulateur afin d’éviter des surprises telles que le refus d’assurer un client qui n’a pas réglé la période de suspension à son ancien assureur ou encore la méthode de calcul du taux de bonification. En effet, la question qui risque de se poser concerne le traitement juridique du refus d’une compagnie de couvrir un client parce qu’il n’a pas payé la période de prorogation à son assureur précédent, sachant que l’assurance res­ponsabilité civile est obligatoire. Selon un agent général, pendant la période du confinement, beaucoup de clients seraient tentés d’arguer qu’ils ne roulaient plus avec leur véhicule. Du coup, ils pourraient estimer qu’ils ne devraient pas payer la période de prorogation. Il faut attendre maintenant l’avis du régulateur sur cette épineuse question.
Une circulaire devrait ensuite être diffusée au réseau de distribu­tion sur les modalités de mise en oeuvre de la prorogation des attes­tations et de recouvrement des primes.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc