×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Urgence sanitaire: Dentistes à l’arrêt, la distribution de matériel affectée

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5735 Le 07/04/2020 | Partager
L’appel de détresse de l’Asso­ciation marocaine profession­nelle dentaire
«Si les distributeurs coulent, les importateurs coulent aussi», alerte son président

Cabinets dentaires fermés, chèques impayés, trésoreries apla­ties… les effets collatéraux de la pandémie mettent à mal le secteur de la distribution des consommables et matériels pour cabinets dentaires et laboratoires de prothèses den­taires.

«La fermeture des cabinets dentaires et les impayés créent un risque majeur pour notre secteur déjà fragilisé par des délais de paiement qui vont jusqu’à 36 mois pour le matériel et les fauteuils, les autoclaves, les radios, les RGV, et plus d’un an pour le consommable», déplore Mohammed Slaoui, pré­sident de l’Association marocaine professionnelle dentaire (AMPD).

Sur les 150 fabricants, importateurs et distributeurs de consommables et matériels pour cabinet dentaire et la­boratoire de prothèse dentaire, cette ONG qui en regroupe une centaine, tire la sonnette d’alarme. «Pour nous, la suspension de l’activité des médecins dentistes est un préjudice énorme… car, cela signifie l’arrêt presque total des encaissements», regrette Slaoui.

Le président de l’AMPD re­proche à la Fédération nationale des syndicats des médecins dentistes du secteur libéral (FNSMDL) une décision unilatérale alors que «dans cette période difficile, elle aurait pu aviser les distributeurs, notamment ceux liés aux importateurs par des échéances fermes. Si les premiers coulent, les seconds couleront aus­si».

Pour rappel, la FNSMDL a in­vité, à la mi-mars, tous les méde­cins dentistes du secteur libéral à suspendre leur activité profession­nelle, et la restreindre uniquement aux urgences, et ce jusqu’à nouvel ordre. Pour l’AMPD, la décision de la Fédération des dentistes est d’au­tant plus dure à encaisser que «fa­bricants, importateurs, distributeurs et dentistes, forment une chaîne dont la robustesse se mesure par la robus­tesse de son maillon le plus faible.

Aujourd’hui les distributeurs vivent une situation extrêmement diffi­cile qui va les conduire à la faillite si on ne vient pas à leur secours». «Pire encore, nos adhérents sont priés par les dentistes de reporter la remise des chèques et effets à une date ultérieure», explique l’AMPD.

Et d’ajouter: «Nos sociétés se re­trouvent du jour au lendemain sans la moindre ressource et donc inca­pables d’honorer leurs engagements vis-à-vis de son personnel mais aus­si et surtout vis-à-vis de ses fournis­seurs. Ce qui risque d’engendrer une pénurie au niveau du consommable et matériel pour cabinet dentaire et laboratoire de prothèse dentaire, et par conséquence une flambée des prix incontrôlable».

Face à cette situation, les distri­buteurs lancent un appel solennel à tous les médecins dentistes pour faire l’effort, chacun selon ses capa­cités, de s’acquitter des livraisons des mois de février et janvier 2020, mais aussi celles de décembre, no­vembre, octobre 2019. «Ceci, afin de sauver ce maillon et nous per­mettre de garantir un approvision­nement normal en consommable et matériel pour cabinet dentaire et laboratoire de prothèse dentaire», souligne leur président Mohammed Slaoui.

Risques énormes

A la lumière des récents développements que le pays a connus concernant la propagation du Covid-19, la FNSMDL a invité les médecins dentistes à suspendre leur activité. «Cette décision intervient conformé­ment aux dispositions visant à réduire la contagiosité et la propagation du virus, sachant que les actes de soins bucco-dentaires provoquent «un aérosol salivaire extra oral occasionnant un grand danger de transmission du virus et de contamination des citoyens au sein des structures de méde­cine dentaire», a expliqué la Fédération.

Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc