×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fonds spécial: Le détail de la répartition

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5733 Le 03/04/2020 | Partager
2 milliards de DH déjà alloués au secteur de la Santé
Le soutien à l’économie est engagé
Près de 4 milliards de DH par mois pour les ménages vulnérables ramedistes

Depuis le déclenchement de la pandémie Covid-19, le ministre de l’Economie, des Finances et de la réforme administrative, est aux avant postes. Mohamed Benchaâboun tient toutefois «à souligner la clairvoyance de Sa Majesté le Roi, qui a donné ses hautes instructions pour qu’un Fonds spécial soit créé dans le but de faire face aux risques directs et indirects induits par la pandémie.  L’adhésion volontaire des opérateurs et des acteurs nationaux à cette grande initiative est l’expression des valeurs de citoyenneté et de solidarité qui animent tous nos citoyens».

Pour ce qui est de la répartition de l’enveloppe du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie, Mohamed Benchaâboun suit le schéma tracé. En effet, «les ressources de ce fonds seront consacrées en priorité au renforcement des capacités de notre système de santé pour le doter des moyens d’intervention afin de juguler la propagation du Covid-19. Il s’agit de traiter, dans les meilleures conditions, les personnes atteintes par cette pandémie», précise-t-il.

fonds-special-covid-19-033.jpg

Priorité au secteur de la santé

Ainsi, une enveloppe de 2 milliards de DH a d’ores et déjà été allouée à l’achat de l’équipement médical et hospitalier. Il s’agit notamment de 1.000 lits de réanimation, 550 respirateurs, 100.000  kits de prélèvements, 100.000 kits testeurs, du matériel de radiologie et imagerie. L’achat de médicaments a porté non seulement sur des produits pharmaceutiques mais aussi des consommables médicaux, des réactifs, des gaz médicaux… A cela s’ajoute le soutien aux dépenses de fonctionnement du ministère de la Santé. Le but est de financer les indemnités accordées au personnel soignant, la désinfection, le nettoyage, et l’achat du carburant. En tout cas, les opérations de renforcement du dispositif médical vont se poursuivre, conformément aux orientations royales. Le but est d’assurer une meilleure lutte contre la pandémie, rappelle le ministre.

                                                                                   

Atténuer le choc économique

Le Fonds spécial permettra également d’apporter le soutien nécessaire à l’économie nationale. Pour Mohamed Benchaâboun, il s’agit d’atténuer «le choc induit en termes de baisse de l’activité dans les secteurs touchés et qui sont nombreux. Ces mesures sont examinées par le Comité de veille économique, créé à cet effet, sur la base d’un système de suivi proactif», note le ministre. A ce jour, plusieurs décisions ont été prises, dont notamment l’indemnisation des salariés affiliés à la CNSS. Des mesures d’accompagnement de l’entreprise, à travers le report des échéances de crédit, la suspension du paiement des charges sociales et la garantie par l’Etat de lignes de trésorerie additionnelles comme notamment Damane Oxygène, ont également été mises en œuvre. Ce dernier produit de garantie vise la mobilisation des ressources de financement en faveur des entreprises dont la trésorerie s’est dégradée à cause de la baisse de leur activité. Il couvre 95% du montant du crédit et permet ainsi aux banques de mettre en place rapidement des découverts exceptionnels pour financer le besoin en fonds de roulement des entreprises cibles. Il s’adresse principalement aux PME dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 200 millions de DH. En raison du caractère exceptionnel de la crise actuelle, les entreprises de taille intermédiaire dont le chiffre d’affaires se situe entre 200 et 500 millions de DH, peuvent également en bénéficier.

                                                                                   

La CCG et les banques

Pour accélérer le traitement des demandes de financement des entreprises, la Caisse Centrale de Garantie (CCG) a accordé une délégation aux banques pour engager sa garantie pour tout crédit dont le montant est inférieur à 2 millions de DH. «Sur le plan monétaire et dans le sillage de ces actions, des mesures inédites ont été annoncées par la Banque centrale», précise Mohamed Benchaâboun.

                                                                                   

social-souk-033.jpg

Le social aussi au cœur de la stratégie

Les ménages vulnérables ne sont pas en reste. La batterie de mesures en direction de cette population a été activée. D’abord, l’opération a démarré par des bénéficiaires du Ramed qui commenceront à toucher leurs pécules mensuels à partir de la semaine prochaine. Les estimations avancées retiennent plus de 3 millions de ménages qui toucheront entre 800, 1.000 ou 1.200 DH, selon le nombre des membres composant les familles. Il faudra compter près de 4 milliards de DH par mois. A cela s’ajoute une deuxième vague pour «les autres ménages, opérant dans l’informel et en arrêt d’activité suite au confinement. Des mesures de soutien les ciblant seront déployées incessamment», précise le ministre. Pour lui, «il est important de noter que toutes ces mesures sont financées intégralement par le Fonds spécial pour gérer la pandémie Coronavirus».

Une mesure pour préserver 800.000 emplois

Sur l’estimation des pertes d'emplois temporaires et sur la durée, Mohamed Benchaâboun, plante le décor: «je voudrais souligner, d’emblée, que les mesures prises dans le cadre du Comité de veille s’inscrivent pleinement dans l’objectif de préserver les emplois dans les secteurs vulnérables à la crise actuelle». Pour rappel, ces mesures comportent, entre autres, la suspension du paiement des charges sociales, la mise en place d’un moratoire pour le remboursement des échéances des crédits bancaires et l’activation d’une ligne supplémentaire de crédit de fonctionnement, octroyée par les banques et garantie par la CCG. Selon lui, «les premiers chiffres disponibles après le lancement de l’opération d’indemnisation des salariés affiliés à la CNSS, en arrêt provisoire, font état d’environ 50% des entreprises affiliées qui se déclarent en difficulté. Ce qui correspond à près de 800.000 emplois qui vont ainsi être préservés». 

M.C.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc