×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Salariés, ramédistes, informel: Le détail de l’aide distribuée

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5730 Le 31/03/2020 | Partager
Les salariés en arrêt d’activité déclarés avec du retard pour le mois de février éligibles
Au 5 septembre 2019, 5,49 mil­lions de foyers étaient immatri­culés au Ramed
Selon le HCP, le commerce concentre près de la moitié des emplois informels

La distribution des premières allo­cations aux personnes directement affec­tées par les répercussions économiques du coronavirus commencera début avril. Les salariés inscrits à la CNSS en arrêt tempo­raire de travail recevront 1. 000 DH pour le mois de mars (seuls 15 jours comptabilisés) et 2.000 à partir du mois d’avril jusqu’à fin juin.

informel-030.jpg

L’informel constitue la catégorie la plus difficile à cerner. Selon le HCP, entre 2007 et 2014, le volume de l’emploi dans ce secteur est passé de 2,2 millions à 2,37 millions de postes (Ph. L’Economiste)

La mesure concerne uniquement les salariés déclarés à la CNSS au titre du mois de février 2020. Mais les retardataires peuvent être admis. «La déclaration des salariés peut intervenir tardivement. Dans ce cas, l’employeur paiera des astreintes et pénalités de retard. Si une entreprise déclare des personnes qui n’ont pas réellement tra­vaillé, elle risque de lourdes sanctions», souligne une source. Le premier filtre sera effectué par la CNSS et un autre contrôle par l’Inspection générale des finances est prévu. Les responsables promettent que tous les moyens de recoupement seront utilisés.

Pour l’heure, les statistiques livrées par le ministère des Finances relèvent que 400.000 salariés sont inscrits sur les listes des arrêts temporaires de travail, soit un peu plus de 13% du total. Un chiffre appelé à augmenter puisque la plateforme dédiée aux structures qui ne sont pas adhérentes à Damancom vient juste d’être déployée par la CNSS.

L’existence du registre social unifié, (projet de loi au Parlement) aurait certes facilité la tâche au gouvernement et au Co­mité de veille économique. En son absence, ils sont obligés de procéder par catégorie dans l’octroi des aides: les salariés en arrêt temporaire d’activité, les ramedistes avant de passer à la catégorie opérant dans l’infor­mel et qui ne dispose d’aucune couverture.

Pour les ramédistes, le Comité de veille économique a tranché pour des aides aux ménages. Combien sont-ils exactement à fin décembre? Leur répartition par région? Autant de questions qui attendront que l’embargo sur l’information effectué par l’Agence nationale de l’assurance mala­die soit levé! Les dernières statistiques disponibles sur le nombre de ramédistes remontent au 5 septembre 2019. Pourtant le conseil d’administration de l’Anam sur le Ramed s’est tenu il y a quelques semaines sans que le rapport sur l’exercice 2019 ne soit publié!

Au 5 septembre 2019, le Ramed comp­tait plus de 14,4 millions de bénéficiaires et près de 5,49 millions de foyers imma­triculés. 91% sont en situation de pauvreté absolue, 51% sont issus du milieu urbain et 52% sont des femmes, selon le rapport économique qui accompagne la loi des finances 2020. Les ménages Rame­distes vont bénéficier de 800 DH pour ceux qui comptent deux personnes ou moins ; 1.000 DH pour les ménages formés de trois à quatre personnes et 1.200 DH pour les ménages de plus de quatre personnes.

«Le chef de ménage Ramediste devra envoyer son numéro de carte Ra­med par SMS, à partir de son téléphone portable, au numéro 1212. Les cartes Ramed qui seront acceptées sont celles valides au 31 décembre 2019», sou­ligne le Comité de veille économique dans un communiqué. L’opération a démarré hier, lundi 30 mars 2020 et les aides seront distribuées à partir du lundi 6 avril. Là aussi des sanctions en cas de fraude sont prévues: «Toute dé­claration volontairement non fondée est passible de poursuites judiciaires».

 L’informel attend sa plateforme

Hors Ramed, les milliers d’individus opérant dans l’informel auront également droit aux aides du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du Coronavirus. Les mêmes montants que ceux des ramédistes leur seront versés. Une plateforme dédiée sera lancée pour cette catégorie jugée dif­ficile à cerner. Les dernières statistiques du Haut commissariat au Plan sur l’informel remontent à 2014. Elles relèvent qu’entre 2007 et 2014, le volume de l’emploi dans le secteur informel est passé de 2,216 millions à 2,373 millions de postes. Près de la moitié des emplois du secteur informel est concentrée dans le secteur du commerce. Le reste est réparti entre les services (24,1%), l’industrie (20,1%) et le BTP (8,8%).

Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc