×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Régions

Coronavirus - Camping-caristes bloqués à Bab Sebta: La prise en charge lancée

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5728 Le 27/03/2020 | Partager
Plus de 500 véhicules bloqués à la frontière espagnole réclament un retour dans leur pays
Ils sont relogés dans l’aire de repos de Ksar Sghir avec toutes les commodités
Pour l’heure, aucune confirmation de départ

La crise des camping-caristes bloqués à Bab Sebta depuis des jours dans l’attente de leur départ vers leurs pays respectifs, se décrispe momentanément. Selon plusieurs informations, les mobile-homes, plus de 500, et leurs occupants seront transférés vers une aire de repos dans les environs de Ksar Sghir.

camping-caristes-bab-sebta-028.jpg
Les camping-caristes seront logés dans cette aire de repos dans les environs de Ksar Sghir, à quelques kilomètres de Tanger Med, la seule voie probable de rapatriement vers la France (Ph. Adam)

Celle-ci avait été aménagée pour accueillir les MRE au retour de leur voyage au Maroc, en août dernier, mais n’avait pas été ouverte faute de flux suffisants. Elle sera finalement utilisée pour recaser, de manière provisoire, ces camping-caristes. Des espaces de vente leur seront aménagés pour l’alimentaire et les produits de première nécessité avec aussi des douches et autres commodités.

Serait-ce le premier pas avant un rapatriement par bateau via le port mitoyen de Tanger-Med vers celui de Sète? La rumeur fait son chemin entre les intéressés, même si pour l’instant, aucune confirmation ne peut être avancée. L’opération logistique est faisable, même si elle reste compliquée avec plusieurs ferrys pour transporter les 500 caravanes.

La crise des caravanes a démarré dimanche dernier, alors que leurs occupants n’ont pas pu profiter de la campagne de rapatriement des touristes de diverses nationalités. Pour rappel, des centaines d’avions sont partis des principaux aéroports du Maroc avant la fermeture définitive des frontières, mais les camping-caristes sont restés bloqués, massés devant la frontière de Bab Sebta.

La majorité d’entre eux étaient en provenance du sud dans la région d’Agadir, et leur seule voie de sortie était le port de Sebta, frontière terrestre leur permettant de rentrer en France via l’Espagne. Mais la lenteur de ces véhicules et les longues distances ont retardé certains d’entre eux qui n’ont pu arriver à destination avant le dimanche à minuit, heure à laquelle les autorités espagnoles ont fermé définitivement le passage frontalier.

Quelques chanceux ont pu traverser et prendre le ferry à destination de l’Espagne d’où ils ont pu regagner leurs pays respectifs. Une situation qui a soulevé de vives critiques de la part des habitants du préside qui craignaient un risque sanitaire.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc