×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Economie

Coronavirus: Quid des travailleurs informels?

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5725 Le 24/03/2020 | Partager
Des propositions de l’Alliance des économistes istiqlaliens
Aide directe, suspension des échéances de crédit…
La 3e réunion du Comité de veille économique se penchera sur ce dossier
travailleurs-informels-025.jpg

Après les mesures d’accompagnement pour les entreprises et les employés en arrêt d’activité, d’autres actions sont attendues en faveur des travailleurs informels et d’autres catégories vulnérables, frappés de plein fouet par les effets de la crise du coronavirus (Les visages ont été modifiés - Ph. Bziouat)

Après les premières décisions approuvées par le Comité de veille économique en direction des entreprises et des employés en arrêt d’activité à cause de la pandémie du coronavirus, d’autres mesures sont attendues en faveur d’une autre catégorie, qui craint d’être laissée pour compte.

Les personnes actives dans le secteur informel, les travailleurs journaliers et autres catégories vulnérables attendent des mesures d’accompagnement durant cette période critique. Surtout que «des millions de personnes subissent de plein fouet les conséquences de cette crise», est-il indiqué. La 3e réunion du Comité de veille économique, programmée pour hier lundi, devait se pencher sur ce dossier.

En attendant, l’Alliance des économistes istiqlaliens a formulé une série de propositions pour la prise en charge de cette catégorie. Cette instance a appelé le gouvernement à «fournir, d’urgence, des aides directes et significatives aux ménages et aux personnes vulnérables, n’ayant pas de revenus réguliers ou opérant dans les activités informelles, dans les milieux urbain, périurbain et rural».

Parmi les actions proposées: l’octroi d’une «aide directe ciblant cette population selon un mode opératoire qui tient compte du contexte du confinement et alliant célérité et accessibilité». L’Alliance des économistes istiqlaliens estime également que les pouvoirs publics doivent prévoir «la prise en charge de la consommation habituelle d’eau et d’électricité de ces ménages».

A l’instar des entreprises et des employés à l’arrêt suite à la suspension de leur activité, les personnes travaillant dans l’informel devraient également bénéficier de «l’application d’un différé de toutes les échéances de crédit au logement et à la consommation pendant la période de la crise, sans intérêts ni pénalités de retard», selon cette instance.

Ces mesures sont d’autant plus importantes qu’elles devraient favoriser une meilleure application de l’état d’urgence sanitaire. Durant les premiers jours du confinement, des personnes ayant bravé l’interdiction de sortie ont justifié leur acte par le fait que leur revenu doit être assuré au jour le jour, via des activités informelles.

M.A.M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc