×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Coronavirus: Dans le monde, c’est la course contre la montre

Par L'Economiste | Edition N°:5725 Le 24/03/2020 | Partager
Jour après jour, les pays se barricadent un peu plus
Les initiatives pour trouver un remède s'accélèrent
Les marchés boursiers s'enfoncent dans le rouge
ciovid-19-025.jpg

«Restez chez vous», «fermez tout»: les mots d'ordre pour éviter à tout prix les rassemblements et contacts favorisant l'épidémie de coronavirus se répandent partout dans le monde. Le tout face à une contagion planétaire rapide et à un bilan effroyable en Italie.

Signe de l'ampleur de la prise de conscience planétaire, le Japon envisage désormais, pour la première fois, de reporter les jeux Olympiques d'été prévus en juillet. Aux Etats-Unis, démocrates et républicains ont échoué à s'entendre sur un gigantesque plan de relance économique.

Les marchés boursiers continuent quant à eux leur descente aux enfers en s'enfonçant partout dans le rouge. Il n'existe actuellement aucun vaccin ou traitement agréé contre le virus, qui a tué à ce jour plus de 14.000 personnes et contaminé plus de 324.000 personnes dans le monde.

Mais les initiatives pour trouver un remède s'accélèrent. Un essai clinique européen a ainsi été lancé dimanche dans au moins sept pays du Vieux continent pour tester quatre traitements expérimentaux contre le coronavirus.

Baptisé «Discovery», il va inclure 3.200 patients, soit bien davantage que les 24 qui ont testé la chloroquine, un antipaludéen potentiellement efficace contre le coronavirus sur lequel le président Donald Trump fonde beaucoup d'espoir.

Alors que les grands groupes pharmaceutiques se sont engagés à fournir un vaccin partout dans le monde (mais dans un délai de 12 à 18 mois minimum seulement), la Chine a entamé de son côté son premier essai clinique pour tester un vaccin. Tout comme la Russie, qui a annoncé avoir commencé à tester un vaccin sur des animaux. Les premiers résultats seront connus en juin.

Pour prévenir une deuxième vague de contamination à cause de cas importés (39 lundi 23 mars), les passagers des vols internationaux à destination de Pékin devront à compter de lundi effectuer une escale préalable dans une ville chinoise afin d'y subir des examens médicaux. Hong Kong n'est pas en reste, qui va interdire à tous les non-résidents arrivant par avion de l'étranger d'entrer sur son territoire à partir de mercredi.

Jour après jour, le monde se barricade un peu plus et près d'un milliard de personnes à travers la planète sont désormais assignées à résidence. Au Royaume-Uni, où le Premier ministre Boris Johnson a mis en garde contre une accélération des contaminations, un projet de loi concernant des pouvoirs extraordinaires pour lutter contre le coronavirus doit être examiné lundi. Idem en France où le gouvernement se prépare à prolonger le confinement de la population au-delà de la date initiale de fin mars.

L'Italie continue à payer le plus lourd tribut, et de loin, avec 5.476 morts au total dont 651 morts en 24 heures, selon le dernier bilan disponible dimanche. Une baisse néanmoins par rapport au pic de 793 morts la veille.

Grèce, Arabie saoudite, Nouvelle-Zélande…

Parmi les derniers pays à obliger la population à se calfeutrer: la Grèce (15 morts), en confinement à partir de lundi, mais aussi l'Arabie saoudite, qui va imposer un couvre-feu nocturne pendant trois semaines, tandis que la Nouvelle-Zélande ordonne à son tour un confinement général. Point commun entre ces deux derniers pays: ils ne recensent aucun décès mais cherchent à se protéger, notamment des cas importés. Dans le Golfe, les Emirats arabes unis se sont résolus à fermer les «malls», habituellement très fréquentés par les habitants comme les touristes. En Australie, où le spectre de la Grande dépression des années 1930 est désormais évoqué, d'immenses files de chômeurs se sont formées lundi devant les agences pour l'emploi au premier jour de la fermeture des pubs, casinos et salles de sports.

F. Z. T. avec agences

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc