×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Société

L’ESJC initie au développement territorial durable

Par Karim Agoumi | Edition N°:5722 Le 19/03/2020 | Partager
Le spécialiste du domaine Elmahdi Benabdeljalil a animé une conférence sur le sujet
Il présente sa fondation Amal Biladi impliquant directement des villageois fragilisés de la province de Rhamna
Une approche à la fois soucieuse du bien-être humain et de la biodiversité de la région
esjc-developpement-022.jpg

Lors de sa rencontre avec les étudiants de l’ESJC le 11 mars dernier, l’expert en développement humain Elmahdi Benabdeljalil s’est entre autre arrêté sur ses grandes expériences de vie qui ont fait naître sa vocation actuelle. Un parcours semé d’embûches au cours duquel il a créé trois ONG, dont la dernière, Amal Biladi,  accompagne actuellement le développement des populations fragilisées (Ph. Jarfi)

Sensibiliser à l’importance d’aider les populations fragilisées en leur apprenant à exploiter leurs propres ressources tout en mettant à profit celles de leur environnement.

C’est dans cette optique que l’Ecole supérieure de journalisme et de communication (école appartenant au groupe Eco-Médias détenteur des quotidiens L’Economiste, Assabah et d’Atlantic Radio) a reçu le 11 mars dernier le président fondateur de l’ONG marocaine «Amal Biladi» Elmahdi Benabdeljalil, entièrement fondée sur cette approche territoriale originale à caractère durable mais avant tout humain.

Durant cette rencontre qui a tenu en haleine un grand nombre d’étudiants, le praticien en hypnose et spécialiste en développement s’est d’abord arrêté sur son long parcours semé d’embûches, qui a fait naître progressivement en lui la volonté d’aider son prochain.

Un éveil apparu il y a de cela 25 ans, lorsque ce jeune étudiant à Sup de Co Montpellier monte sa première organisation non gouvernementale «Baraka» en 1995 qui militait pour la protection de l’enfance et de l’environnement après avoir visionné un documentaire émouvant du même nom.

Mais c’est quelques années plus tard, plus précisément en 2012, que son destin a basculé. Suite à l’annonce du décès d’un bébé à Anfgou, il participe à une expédition humanitaire pour apporter des aides d’urgence aux habitants de la région. Une expérience qui l’a profondément marqué et lui a ouvert les yeux sur sa vocation.

«Je suis parti croyant trouver un bébé mort sur place. Il y en avait plus de cinquante. J’en ai pas dormi pendant quatre mois!», nous confie-t-il  l’air pensif et le regard égaré. Suite à cette action, il participe à la fondation d’une seconde ONG, «El Bakara Angels», qui a permis d’organiser un grand nombre d’expéditions du même calibre à travers le Royaume, mais également de rénover des écoles et de construire des puits dans les zones les plus enclavées. Puis, il y a quelques années de cela, Benabdeljalil voit plus grand, mais surtout réfléchit à une approche efficace sur le long terme. Il fonde alors Amal Biladi.

L’ONG, récemment créée, a pour postulat de base de booster autant que possible le développement des habitants des régions enclavées en les mettant à contribution. Un organisme ambitieux dont le premier projet pilote concerne pour le moment trois villages de la province de Rhamna et sur lequel travaille actuellement un total de 150 personnes. «Nous espérons dépasser un total de cent villages d’ici 5 ans», précise-t-il.

Le programme permettra entre autre d’identifier parmi les villageois des entrepreneurs ruraux potentiels et de les impliquer dans des projets «durables» axés sur quatre métiers phares, parmi lesquels l’agroécologie, l’artisanat, les constructions écologiques ou encore le tourisme durable. Une formation qui sera entre autre assurée par l’Académie rurale d’excellence, à laquelle s’ajoutera une démarche sensible de coaching des associations locales ainsi que l’organisation d’évènements sportifs et culturels.

«Nous allons offrir la possibilité à ces habitants de vivre d’activités épanouissantes sur le plan humain (volet appréciatif), innovantes sur le plan techniques et respectueuses de la biodiversité des lieux (volet régénérateur)», explique Benabdeljalil.

Un moyen également pour ces villageois de devenir à leur tour relayeurs de cette approche et de la dupliquer dans d’autres régions du pays. «Notre fondation est avant tout basée sur l’idée d’utiliser l’intelligence collective et de fédérer les forces humaines des régions enclavées pour leur permettre d’évoluer vers un mieux être visible », précise-t-il.

Des conseils pour les jeunes

Outre son témoignage à la fois enrichissant et prenant, l’intervention de l’expert en développement humain Elmahdi Benabdeljalil à l’ESJC le 11 mars dernier a également permis aux étudiants présents de bénéficier de précieux conseils du vétéran. Pour réussir professionnellement comme personnellement, il leur a notamment conseillé de faire preuve d’humilité, de transparence, d’intuition et de persévérance. Une dimension humaine selon lui inhérente à toute réussite.

Karim AGOUMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc