×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Coronavirus: Le danger c'est la transmission, pas la virulence!

    Par Karim Agoumi | Edition N°:5720 Le 17/03/2020 | Partager
    Un éminent professeur diffuse une conférence sur le site internet du Collège de France
    Distanciation sociale, hygiène, confinement… les mesures à suivre en attendant le vaccin!
    philippe-sansonetti.jpg

    Enseignant depuis près de 12 ans au Collège de France, le professeur Philippe Sansonetti est spécialisé en microbiologie et en maladies infectieuses. Il étudie depuis plusieurs années les différents risques de ces pathologies sur les populations concernées (Ph. college-de-France.fr)

    Sensibiliser le corps professoral et l’opinion publique de la gravité du coronavirus et convaincre que la solution pour le combattre relève de la responsabilité de tout un chacun. C’est dans cet esprit que le professeur Philippe Sansonetti vient de donner une conférence à huis clos sur le sujet sur le site internet du Collège de France. L’occasion d’en apprendre davantage sur un phénomène qui a changé le quotidien des habitants de la planète en l’espace de seulement quelques semaines.

    Lors de cette prise de parole, l’expert en maladies infectieuses de renommée mondiale nous apprend tout d’abord que le Covid-19 est une maladie particulièrement «active» qui tient sa force par son caractère hautement «transmissible».

    «Ce n’est pas son taux de mortalité relativement bas – avoisinant les 1% contre près de 10% pour le SARS ou encore 35% pour le MERS – qui rend le coronavirus dangereux. Le vrai danger se situe dans sa rapidité à être transmis d’une personne à une autre et qui ne dépasse pas quelques jours», confie le spécialiste.

    D’une durée d’incubation relativement courte (d’à peine cinq jours), le virus produit en effet pour chaque cas deux ou trois infections secondaires, ce qui en fait ainsi une pandémie mondiale. Autre facteur pouvant nourrir ce haut potentiel épidémique, les situations d’indisponibilité de lits de réanimation et de mises en tension de l’aide médicale mais, également, le rôle des transports intercontinentaux. «En 2019, le nombre de passagers aériens était de plus de 4 milliards. Ce qui représente un véritable potentiel en matière d’expansion», alerte le professeur.

    Concrètement, la maladie passe par trois étapes d’après l’expert. Premièrement, le virus d’origine animale infecte un nouvel hôte, réalisant un «saut d’espèce» dangereux pour notre espèce. «Le coronavirus est une infection qui touchait à la base les chauves-souris, mais est parvenue à s’affirmer dans l’espèce humaine à travers différentes mutations», confie le spécialiste.

    Ce n’est qu’ensuite que l’homme infecté transmet la maladie à son espèce. Une phase baptisée «spill over» ou «débordement». Les plus touchées par les maladies sont avant tout les personnes âgées ou présentant un terrain auto-immune faible. «C’est notamment le cas des cancéreux ou des diabétiques», souligne-t-il.

    Pour stopper l’hémorragie, le professeur conseille en premier lieu la prise de mesures préventives par chacun de nous. Parmi les réflexes à adopter notamment, faire preuve d’une hygiène individuelle hors pair et pratiquer autant que possible la distanciation sociale.

    «Il faut laisser au moins un mètre avec l’autre pour éviter toute contamination. Mais se laver les mains régulièrement  et nettoyer les surfaces touchées représentent l’unique moyen de protéger la collectivité», explique le professeur. Par ailleurs, l’endiguement, qui a fait ses preuves en Chine, doit être reproduit à l’échelle mondiale.

    «Plus l’épidémie gagne du terrain, plus son contrôle sera délicat. Il faut donc changer de logiciel», insiste l’expert. D’autant plus que médicalement parlant, les traitements actuels sont d’ordre thérapeutique et ne permettent que de lutter contre les symptômes graves de la maladie via des soins intensifs ou de l’assistance respiratoire. C’est donc la seule chose à faire en attendant la création en laboratoires des premiers antiviraux mais surtout d’un vaccin suffisamment efficace pour l’éradiquer.

    Karim AGOUMI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc