×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Coronavirus - Fermeture des mosquées: Une première dans les annales du pays

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5720 Le 17/03/2020 | Partager
Le Souverain a adressé une demande de Fatwa au Conseil supérieur des oulémas
Il s’agit d’une mesure temporaire

Après l’interdiction des rassemblements, la suspension des cours dans les écoles et les universités, c’est au tour des mosquées de fermer leurs portes. Cette décision est une première dans les annales du Maroc.

Cependant, vu la gravité de la situation, cette solution temporaire est empreinte de courage. Car, dans les mosquées, pour accomplir leurs devoirs de prière, les fidèles ont tendance à se côtoyer de très près dans la salle mais aussi des lieux d’ablution qui nécessitent aujourd’hui des mesures d’hygiène qu’exige le contexte.

Ce sont autant d’occasions propices à la propagation rapide du coronavirus qui sévit au Maroc et dont le nombre de victimes grandit de jour en jour. C’est donc dans une approche de prévention que cette fermeture temporaire a été décidée dans le même sillage d’autres mesures qui ont contraint les cafés et les restaurants à baisser leurs rideaux ou encore les festivals reportés à des dates ultérieures.

Dans cette affaire sensible, les formes ont été respectées. En effet, ce n’est pas le ministère des Habous et des affaires islamiques qui est à l’origine de cette initiative. C’est SM le Roi, en tant que commandeur des croyants qui a adressé une demande de Fatwa au Conseil supérieur des oulémas. L’instance chargée des Fatwas a recommandé la fermeture des mosquées pour les cinq prières. Celle du vendredi est également concernée par la décision. La Fatwa a commencé à partir d’hier lundi 16 mars.

Cette instance recommande de rassurer les citoyens que cette mesure est  temporaire. Les prières reprendront dans ces lieux de culte dès que les autorités compétentes auront décidé que la situation sanitaire du pays est normalisée.

A préciser que l’instance préconise de continuer à appeler à la prière (Al adane) dans toutes les mosquées. Toutefois, des craintes ne manqueront pas de s’exprimer à l’approche de Ramadan, particulièrement pour les Tarawih. En attendant, il faudra que les autorités locales surveillent le risque de voir des mosquées informelles se développer. Il faudra une prise de conscience de l’ensemble de la population pour refuser ce genre de pratiques.

Pour rappel, cette Fatwa intervient dans un contexte marqué par «le dommage grave causé par l’épidémie qui sévit dans le monde et compte tenu des orientations émises par les parties compétentes dont le ministère de la Santé en vue de veiller à la prévention contre le virus par la fermeture des lieux publics et privés», lit-on dans le communiqué du Conseil supérieur des oulémas.

Par ailleurs, pour endiguer la propagation de ce virus, notre pays a pris d’autres mesures. Le ministère des Habous et des Affaires islamiques avait dernièrement annoncé l’annulation de l’ensemble des moussems religieux.

Cela est venu parallèlement à la suspension des liaisons aériennes avec plusieurs pays touchés par le Covid-19 comme notamment la Chine, l’Italie, la France et l’Espagne. Il a fini par suspendre, jusqu’à nouvel ordre, l’ensemble des vols internationaux . L’une des premières actions entreprises par le Maroc a été le rapatriement des étudiants installés à Wuhan en Chine, sur instruction royale.

Respect de la charia

Selon le communiqué du Conseil supérieur des oulémas, la Fatwa s’inspire des textes de la Charia qui soulignent la nécessité de protéger les corps et faire prévaloir l’intérêt sur le préjudice et sachant que parmi les conditions de la prière, notamment dans les mosquées, figure la quiétude. La peur de cette épidémie exclut cette condition. C’est ainsi que pour toutes ces considérations de la charia et de la raison, l’instance scientifique chargée des fatwas au Conseil supérieur des oulémas a recommandé la fermeture.

M.C.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc