×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Société

8 Mars: La pauvreté au Maroc est encore «à visage féminin»...

Par L'Economiste | Edition N°:5713 Le 06/03/2020 | Partager
bouchra-taoufik-013.jpg
Bouchra Taoufik est docteure en économie sociale (Ph. BT)

2020 marque le 25e anniversaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing en faveur des femmes. Toutefois, en dépit de certains progrès, la communauté internationale s’accorde à reconnaître que la situation de la plupart des femmes dans le monde évolue extrêmement lentement. Aucun pays n’est en mesure, à ce jour, d’affirmer avoir atteint l’égalité des sexes. Au Maroc, et suite aux orientations royales et aux politiques, programmes et stratégies développés par de nombreux ministères, la situation de la femme au Maroc a connu des avancées considérables. Cependant et d’après les chiffres du HCP, et aux évaluations faites, la situation des femmes au Maroc n’arrive pas à atteindre les objectifs escomptés. Le taux d’activité féminine, le taux de scolarisation, la pauvreté au Maroc est encore «à visage féminin».
Il est temps de faire une place plus large à l’économie sociale dont le rôle social, l’éthique, et son impact sur les composantes diversifiées de la «planète économique» n’est plus à démontrer. Il faut qu’on se lève tous et toutes pour promouvoir la situation des femmes au Maroc. Ce n’est pas la tâche d’un seul ministère, c’est une problématique transversale, qui touche toutes les instances et pouvoirs décisionnels de l’Etat: ministères, collectivités territoriales, syndicats, famille, entreprises, associations etc. Malgré tous les programmes gouvernementaux, les femmes nécessitent un accompagnement personnalisé rapproché, et malheureusement, tous ceux qui sont en place actuellement ont montré leurs limites.
L’éducation et l’empowerment économique des femmes sont la clé du succès et de l’inclusion. Et l’on note sa faible présence dans les plans de développement régionaux, alors que la notion même de gouvernance territoriale doit inclure dans les processus de prise de décision une forte dimension de femmes. Cela permettrait au Maroc d’améliorer sa place dans les indicateurs de développement humain. Enfin, rendons tout de même «hommage à toutes les femmes et à tous les hommes qui luttent pour la cause de la femme».

Par Bouchra Taoufik

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc