×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

USA: La campagne présidentielle bat son plein

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5713 Le 06/03/2020 | Partager
Duel Biden-Sanders dans les primaires démocrates
«Super Tuesday», la course à l’investiture s’accélère…

C’est une nouvelle campagne qui a commencé pour les démocrates américains. Le duel est lancé entre Bernie Sanders et Joe Biden, donné comme grand favori par ses victoires du «Super Tuesday» et le retrait du milliardaire Michael Bloomberg.

Tirant les conclusions de ses résultats, ce dernier a estimé que Joe Biden était désormais le mieux placé pour y parvenir lors de l’élection suprême du 3 novembre. Son désistement achève de clarifier le paysage au sein du camp modéré, après les retraits du jeune Pete Buttigieg (révélation de ces primaires démocrates) et de la sénatrice du Minnesota Amy Klobuchar qui avaient apporté leur soutien à l’ancien vice-président Biden.

La sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren qui n’a obtenu que la troisième place dans son propre Etat, pourrait quitter la course. Des proches de la candidate sont en discussion avec l’équipe de Bernie Sanders afin d’évoquer son potentiel retrait et un soutien au candidat socialiste, selon les médias américains.  Un nouveau face-à-face se profile donc entre deux quasi-octogénaires aux positions divergentes, le modéré Biden et le socialiste Sanders.

«C’est un sacré come-back pour Joe Biden, un incroyable come-back quand vous y réfléchissez», a salué, fair-play, Donald Trump le milliardaire républicain.  Longtemps ultra-favori, Joe Biden avait encaissé de piteux résultats lors des premiers scrutins en février, handicapé par une campagne terne et des dons parcimonieux. Ce n’est qu’avec le vote de samedi dernier en Caroline du Sud qu’il a pu faire mentir les pronostics le vouant à un échec politique. Grâce à une très large victoire dans cet Etat du sud, Joe Biden a enclenché une dynamique nouvelle.

Mardi dernier, l’ex-bras droit de Barack Obama a créé la surprise en décrochant la victoire au Texas et en écrasant la concurrence en Virginie et en Caroline du Nord. Ce sont trois gros pourvoyeurs de délégués pour la convention démocrate qui décernera, en juillet, l’investiture dans la course à la Maison-Blanche. Il a aussi gagné dans l’Alabama, l’Oklahoma, le Tennessee, l’Arkansas, le Minnesota, le Massachusetts et le Maine. Il réalise ainsi un grand chelem dans les Etats du sud du pays et confirme être le champion des Afro-Américains, un électorat-clé côté démocrate.

En face, Bernie Sanders, jusque-là considéré comme le favori depuis son démarrage en fanfare dans ces primaires, ne s’avoue pas vaincu. Il semblait en passe de remporter le plus gros Etat du «super mardi», la Californie, avec une avance de près de neuf points après dépouillement de 87% des bureaux de vote. Il a aussi gagné dans son petit Etat du Vermont, ainsi qu’au Colorado et dans l’Utah.

Signe d’une campagne qui s’annonce toujours plus âpre, «Bernie» est reparti à l’offensive en accusant Joe Biden «d’avoir défendu des coupes dans les dépenses sociales depuis 40 ans et d’être soutenu par les grandes entreprises et les milliardaires».

«On ne peut pas vaincre Trump avec les vieilles recettes», a plaidé le sénateur du Vermont, qui prône une «révolution». Ses idées très à gauche pour les Etats-Unis, comme une assurance-maladie publique universelle, se sont peu à peu imposées dans l’électorat démocrate, mais inquiètent toujours une partie de l’establishment du parti.

Le rôle des délégués

Comme en 2016 entre Bernie Sanders et Hillary Clinton, la chasse aux délégués pourrait donc durer. Malgré son avance, Joe Biden reste loin des 1.991 délégués nécessaires pour s’assurer l’investiture démocrate en juillet prochain. Il passera dès mardi prochain par six nouveaux Etats puis, le 17 mars, par la Floride, l’Arizona, l’Ohio et l’Illinois.

F.Z.T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc