×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
International

Zone euro: L’inflation recule à 1,2%, effet coronavirus!

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5712 Le 05/03/2020 | Partager
Le niveau reste bien en deçà de l'objectif de la BCE
Le taux de chômage est resté stable en janvier à 7,4%, selon Eurostat

L’Office européen des statistiques évalue lui aussi l’impact du coronavirus sur l’économie. L'inflation en zone euro a reculé en février 2020, selon un chiffre provisoire. Ce ralentissement à 1,2% intervient après trois mois d'accélération de l'inflation. En janvier, elle avait encore atteint 1,4%.

En février, alors que l'épidémie du coronavirus s'étendait petit à petit à travers le monde, les prix de l'énergie ont reculé en zone euro (-0,3%, contre 1,9% en janvier). Ce mois-là, la consommation de pétrole en Chine a fortement reculé, ce qui s'est répercuté sur les prix de l'énergie.

Le niveau d'inflation reste bien en deçà de l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE), qui vise à maintenir un niveau d'inflation légèrement inférieur à 2%. L'inflation sous-jacente (hors énergie, produits alimentaires, boissons alcoolisées et tabac - qui exclut par conséquent les produits particulièrement volatils) a elle progressé à 1,2% contre 1,1% en janvier.

chomage-012.jpg

De son côté, le taux de chômage dans la zone euro est resté stable en janvier à 7,4%, son niveau le plus faible depuis mai 2008, toujours selon Eurostat. Depuis qu'il est repassé en septembre 2016 sous le seuil symbolique de 10%, le chômage n'a cessé de reculer.

Au pire de la crise de la dette, il avait atteint le taux record de 12,1% en avril, mai et juin 2013. Ce sont les Pays-Bas qui ont enregistré le plus faible taux de chômage en janvier à 3%. A l'autre bout de l'échelle, la Grèce a affiché le seuil le plus élevé (16,5% en novembre, dernier chiffre disponible), suivie de l'Espagne (13,7%). Dans les 28 pays de l'UE, le taux s'est établi à 6,6% en janvier, stable par rapport à décembre.

En ce qui concerne la croissance dans la zone euro, elle devrait demeurer en deçà de la normale et avoisiner 1% par an en moyenne sur 2020-2021. L’impact de l’épidémie affaiblira les résultats au premier semestre de 2020, avaient indiqué les économistes de l’OCDE dans leurs perspectives économiques «Coronavirus: l’économie mondiale menacée» (cf. notre édition N° 5710 du 03/03/2020). Ils avaient prévenu que la croissance mondiale ne devrait pas dépasser 2,4% cette année.

Pour tenter de limiter les répercussions économiques de l’épidémie, la banque centrale américaine (Fed) a baissé en urgence ses taux d'intérêt. Une décision inédite sous cette forme depuis la crise financière de 2008. Le G7 qui regroupe sept économies (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon) avait évoqué la possibilité de recourir à la relance budgétaire. De son côté, la Banque mondiale avait annoncé un plan d'urgence de 12 milliards de dollars pour aider les pays à contenir l'épidémie.

F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc