×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Economie

Officine Expo: Les pharmaciens au bord de l’asphyxie

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5710 Le 03/03/2020 | Partager
Confrontés à des baisses de marges des prix et de volume d’activité
Le nombre d’officines est deux fois supérieur par la norme préconisée par l’OMS
La consommation moyenne par habitant ne dépasse par 400 DH/an

Digital pour une meilleure relation avec le patient, innovation, fiscalité de l’officine, droit de travail, le rôle du pharmacien en cas de rupture de médicaments, thérapies personnalisées… autant de sujets débattus lors de la 17e édition d’Officine Expo qui s’est tenue le week-end dernier à Marrakech. Plus de 5.000 pharmaciens en provenance de 23 pays étaient attendus à l’édition 2020.

Placé sous le haut patronage royal, ce rendez-vous incontournable des pharmaciens d’officine et des industriels du médicament est une plateforme de partage et de connaissance. C’est aussi une occasion pour rapprocher tous les partenaires du secteur du médicament, fournisseurs de produits de santé, d’hygiène et spécialistes de dermo-cosmétologie. Les participants à Officine Expo n’ont pas manqué d’insister sur le rôle du pharmacien vis-à-vis de toutes les catégories de populations à condition qu’on le soutienne. Car, au Maroc, le secteur est au bord de l’asphyxie.

Dans un contexte de transition du modèle économique de l’officine, les pharmacies marocaines traversent «une crise structurelle sans précédent». D’abord confrontées à une baisse des marges, c’est ensuite le volume d’activité qui a été en souffrance en raison des mesures gouvernementales concernant les baisses successives des prix des médicaments.

Une sous-performance expliquée par une timide consommation de médicaments ne dépassant pas 400 DH par habitant/an. Cela correspond au 1/20 de la somme dépensée par le citoyen d’un pays développé. Ce faible marché est disputé par une forte densité de pharmacies. Le nombre d’officines est deux fois supérieur à la norme préconisée par l’OMS.

Le Maroc dispose de quelque 12.000 pharmacies, alors qu’il doit en compter 5.000 et 6.000. Sur les 12.000 en activité, 3.500 pharmacies sont en situation de faillite au Maroc. Les pharmaciens fondaient des espoirs sur la baisse du prix de plus de 2.600 médicaments sur le plan national pour booster le marché vers une augmentation des ventes en termes de volume de médicaments.

Peine perdue selon des pharmaciens. «Le chiffre d’affaires du marché du médicament au Maroc ne dépasse pas 12 milliards de DH, dont 3 milliards d’achat du secteur public et 9 milliards pour le marché privé».

Aujourd’hui, les doléances des pharmaciens concernent également des blocages au niveau de certaines lois déjà existantes ainsi qu’un manque de contrôle permettant plusieurs infractions dans la profession.

Meeting africain

Depuis 4 ans, le salon Officine Expo se focalise aussi  sur l’Afrique avec le Meeting Pharma Africa. Son but: renforcer les liens et la coopération sud-sud.  L’objectif escompté pour les pays du continent étant de se mettre en réseau et échanger les informations sur les approches innovantes pour le développement du secteur pharmaceutique africain. L’enjeu est de taille car une industrie pharmaceutique viable en Afrique n’impactera pas seulement le système sanitaire africain et sa capacité à répondre aux besoins de santé de sa population mais contribuera également au développement socioéconomique global du continent. Le Meeting Pharma Africa ambitionne notamment  de familiariser les professionnels marocains de la santé avec les initiatives de l’Agence de développement de l’Union africaine et de ses commissions et l’Agence africaine des médicaments (AMA). Pour rappel, le Maroc a été l’un des premiers pays africains à signer le traité de l’AMA et ce, lors du sommet de l’Union africaine en 2019.

B.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc