×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Régions

Fès: Le stade Hassan II rouvre ses portes, mais…

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5704 Le 24/02/2020 | Partager
Son ouverture constitue un véritable cauchemar pour les riverains
Hooliganisme et actes de vandalisme ont marqué le 1er match du MAS

Fermé depuis des mois pour des travaux de réhabilitation, le stade Hassan II de football a rouvert ses portes la semaine dernière. Certes, l’ouverture s’est déroulée sous haute surveillance, mais cela n’a pas empêché des fauteurs de troubles d’agir. En effet, malgré la forte présence sécuritaire, des actes de vandalisme ont été enregistrés aux abords du stade, se soldant par des dégâts matériels, mais aussi l’arrestation de 5 individus.

Ce 16 février 2020, le choc de 2e division entre le MAS et le KAC se tenait en présence notamment du wali de la région Fès-Meknès, le maire de Fès, ainsi que le préfet de police et différents responsables. Au total, quelque 5.000 supporters du MAS ont été comptabilisés, 80 pour les visiteurs.

Mais, malgré ce petit nombre (5.080 personnes), le match a connu de gros problèmes organisationnels, dus à l’étroitesse d’un terrain qui ne respecte pas les normes de sécurité. «Nous avons payé nos billets (50 et 80 DH), mais l’accès nous a été refusé», déplorent des supporters. D’autres ont pu accéder au stade sans ticket. Il aura fallu que les sécuritaires interviennent pour éviter le pire.

Forte consternation des riverains

Du côté des riverains du stade, «c’est la consternation». «Le match de la première équipe de la ville s’est soldé par un nul et il y a eu de la casse… Imaginons si le MAS avait perdu, les dégâts auraient été beaucoup plus importants», alertent-ils.

A noter que des jeunes s’en sont pris aux véhicules stationnés à proximité du terrain. «Encore faut-il souligner que le MAS ne joue qu’en deuxième division…avec un nombre de supporters réduit. Qu’en serait-il si l’équipe regagne la 1re ligue?», s’interrogent les Fassis, demandant aux autorités d’agir avec la plus grande fermeté en cas de dérapage. «Ce qu’il faut aussi, c’est ouvrir rapidement le grand complexe de Fès, situé sur la route de Sefrou», ajoutent-ils.

Signalons que celui-ci peut contenir jusqu’à 45.000 supporters. Il est en rénovation depuis 2018. Cette situation serait due à une (non) décision du ministre de la jeunesse et des sports, Hassan Abyaba, qui n’a pas encore tranché sur… la couleur des sièges qui seront posés sur les gradins du stade. En tout cas, depuis septembre 2019, la Sonarges attend une réponse du ministre et, à ce jour, le stade est toujours fermé bien que des millions de DH aient été dépensés pour le réhabiliter.

En outre, la réhabilitation du stade Hassan II, d’une capacité de 6.000 places, a été réalisée dans le cadre d’un accord de partenariat entre la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et la commune de Fès. Une enveloppe budgétaire de 24 millions de DH a été allouée aux travaux, avec pour objectif de créer un stade répondant aux normes en vigueur. Ces travaux ont porté notamment sur la mise à niveau de l’éclairage, des gradins avec l’installation des sièges, la plantation du gazon naturel, la rénovation des vestiaires, ainsi que d’autres dépendances.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]conomiste.com
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc