×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Gazon synthétique: Le business plan de la FRMF en modèle

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5698 Le 14/02/2020 | Partager
C’est l’une des conclusions du rapport de la mission d’information parlementaire
Critiques des terrains réalisés par le ministère de la Jeunesse et des Sports
Le rapport recommande la création d’une société pour la gestion de ces terrains

Finalement, la mission d’information sur les terrains équipés en gazon synthétique, réalisés par la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et par le ministère de la Jeunesse et des Sports, a terminé son travail et remis son rapport. Les principales conclusions du document ont été présentées mercredi par Ibtissam Merras, rapporteuse de la mission au sein de la Commission des secteurs sociaux de la Chambre des représentants.

gazon-synthetique-098.jpg

La FRMF est invitée à continuer d’appliquer les règles de bonne gouvernance et des critères de qualité, conformément aux standards de la FIFA. Il s’agit de généraliser ces pratiques pour couvrir les autres terrains construits par le ministère de la Jeunesse et des Sports (Ph. L’Economiste)

Le rapport s’est également penché sur les pistes d’athlétisme de la Fédération royale marocaine d’athlétisme. Si Fouzi Lakjaâ a assisté à cette réunion constitutionnelle, Abdeslam Ahizoune n’a pas fait le déplacement. Cette réunion de travail s’est déroulée en présence du nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports, Hassan Abyaba. Le débat au niveau de la Commission sera programmé pour une autre séance.

En tout cas, l’initiative de cette mission a été enclenchée à la suite de rumeurs ayant circulé dans les milieux parlementaires sur les coûts de réalisation des terrains en gazon synthétique. Ainsi, on avançait que les prix pratiqués par la FRMF tournaient autour de 12 millions de DH l’unité et ceux par le ministère, la moitié, soit 6 millions de DH.  Cela est complètement erroné, a noté le rapport.

Selon le constat de la mission d’information, la comparaison des terrains réalisés fait ressortir un prix moyen autour de 8 millions de DH. Ce tarif s’applique aux stades réalisés par la Fédération comme à ceux construits par le ministère. Les députés de la mission ont examiné les documents fournis par les deux intervenants et les sorties sur le terrain à l’occasion des visites des différents stades ont conclu à l’existence d’une nette différence de qualité dans toutes les composantes des terrains réalisés par la FRMF et celles du ministère.

C’est le cas du remplissage du gazon par des granulés qui permettent d’absorber les chocs des joueurs. Ceux réalisés par le ministère de la Jeunesse et des Sports, le SBR, tirés des pneus usagers et concassés, coûtent moins cher. La Fédération a recours au EPDM, un système mondialement connu pour ne pas faire mal aux joueurs. L’autre distinction est qu’il ne dégage pas de mauvaises odeurs comme le SBR, a martelé la rapporteuse de la mission. A cela s’ajoute la différence de prix entre les deux systèmes.

Pour rappel, le ministère de la Jeunesse et des Sports a construit 44 terrains en gazon synthétique. Quant à la FRMF, elle en a réalisé 138, soit plus du triple. Dans les prochains jours, elle compte lancer 50 autres terrains dans les petites villes, conformément aux orientations royales.

Pour en avoir le cœur net, la mission voulait vérifier deux autres composantes. La première concerne les critères de choix des terrains. Ainsi, la Fédération donne la priorité aux équipes exerçant dans le championnat des amateurs. Le 2e  aspect du même critère porte sur l’engagement des présidents des collectivités locales à réaliser les autres infrastructures, dans le cadre d’une convention.

foot-ecole-098.jpg

En effet, en contrepartie du gazon synthétique, ils souscrivent à la réalisation des autres infrastructures comme notamment les gradins, les vestiaires et l’éclairage. Le but est d’améliorer les conditions de pratique du football.

Le deuxième critère concerne le mode de gouvernance de ce programme. Pour la mission, la Fédération a mis en place un système clair. Ainsi, elle est le maître d’ouvrage et l’ordonnateur, avec un compte dédié pour le programme d’infrastructures.

C’est la Direction des équipements publics, qui s’est dernièrement transformée en Agence nationale des équipements publics qui assure la maîtrise d’ouvrage déléguée. Cette dernière est chargée d’établir les appels d’offres, choisir les sociétés qui réalisent le marché du gazon synthétique, suivre les travaux et assurer la réception provisoire et définitive des terrains. D’ailleurs, dans son exposé, Ibtissam Merras a mis en relief la bonne séparation entre la fonction financière et celle de la préparation et de l’exécution des travaux.

L’autre différence relevée par la mission d’information concerne les études. En effet, la FRMF réalise une étude topographique et une autre géotechnique du sol. Le ministère n’en fait rien. C’est d’ailleurs pour cela que des inondations d’il y a quelques mois avaient emporté un terrain. Idem pour l’entretien des terrains.

Selon le rapport de la mission d’information, le ministère considère que le gazon synthétique ne nécessite aucun arrosage. Du coup, il n’a pas creusé de puits. Sur cet aspect, la Fédération voit les choses autrement. Pour chaque terrain, elle a prévu un système d’arrosage automatique. En outre, le grillage qui entoure les terrains est de meilleure qualité.

Montage financier

La première convention-cadre a été signée par les ministres de l’Intérieur, des Finances, de la Jeunesse et des Sports et de l’Equipement pour la création d’un compte dédié. Ces partenaires virent leurs contributions dans ce fonds. Ce montage financier original, proposé par le président de la FRMF, a permis de centraliser de concevoir des interventions publiques de manière rationnelle et de rassembler les aides éparpillées et distribuées par les collectivités territoriales. C’est ainsi que pour la convention sur la période 2014-2016, le montant de ce fonds avait atteint 1,5 milliard de DH. Le ministère de l’Intérieur avait misé 600 millions de DH et autant par le département de la Jeunesse et des Sports. Le ministère des Finances avait contribué à hauteur de 200 millions de DH et la FRMF avec 100 millions de DH. Pour plus de transparence, la gouvernance de ce programme a été confiée au ministère de l’Equipement, via sa Direction des équipements publics (DEP) qui assure la maîtrise d’ouvrage déléguée. Par la suite, un avenant a été apporté à cette convention pour la période 2017-2020. Le montant arrêté est de 2,5 milliards de DH.

                                                                                    

Recommandations du rapport

LA mission d’information a élaboré plusieurs recommandations dont l’une des plus importantes préconise aux  ministères partenaires signataires de la convention-cadre d’honorer leurs engagements financiers auprès de la Fédération. Elle a également demandé à la Fédération de poursuivre le programme de mise à niveau des infrastructures. Le but est d’élargir la pratique de football et de permettre une meilleure intégration sociale des jeunes.

En outre, elle a appelé à la mobilisation d’autres financements pour permettre à la Fédération de continuer ce programme au-delà de 2021, date de la fin de la convention-cadre. Le but est de répondre aux différentes demandes insistantes des équipes de football et des collectivités locales. Pour l’heure, ces demandes de réalisations de terrains en provenance des communes dépassent la centaine, note une source proche du dossier.

Par ailleurs, les députés sollicitent la FRMF à continuer d’appliquer les règles de bonne gouvernance et des critères de qualité, conformément aux standards de la FIFA. Il s’agit de généraliser ces pratiques pour couvrir les autres terrains. Comprenez que cela s’étend aux stades réalisés par le ministère de la Jeunesse et des Sports pour qu’ils soient au même niveau de qualité que ceux de la Fédération. Ils louent également «les efforts effectués par la Fédération en matière de transparence financière et recommande de poursuivre dans ce sens».

La mission veut créer une société où la FRMF et les collectivités territoriales sont actionnaires. Cette société doit prendre en charge la gestion et l’entretien des stades ayant bénéficié d’importants investissements dans le cadre de ce programme. Le but est d’assurer la pérennité de ces investissements et de préserver leur qualité.

Le rapport de la mission préconise aux partenaires, en particulier les collectivités territoriales et les équipes de football, de respecter leurs engagements pris dans le cadre de la convention signée avec la Fédération, notamment en ce qui concerne la maintenance et la réalisation des autres infrastructures des terrains comme les tribunes, les vestiaires.

Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc