×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Le déficit commercial s'alourdit

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5691 Le 05/02/2020 | Partager
Les achats de biens d’équipement et de produits finis pèsent
L’automobile maintient son dynamisme

Le déficit commercial se creuse pour la quatrième année consécutive.  A fin décembre 2019, il ressort à 208,9 milliards de DH contre 206 milliards en 2018. Cette détérioration tient surtout à l’augmentation des importations des biens d’équipement, des produits finis de consommation et des demi-produits. A eux seuls, les achats de biens d’équipement représentent 25,8% des 491 milliards de DH d'importations.

Les biens d’équipement couvrent notamment les approvisionnements en avions et autres véhicules aériens ou spatiaux, les machines et appareils divers ainsi que les voitures utilitaires.  L’année dernière a été également marquée par le repli de la facture énergétique de 7,2% sous l’effet d’une baisse des quantités importées combinée au recul du cours sur le marché international.

ide-maroc-090.jpg

En 2019, le flux des investissements directs étrangers a atteint 18,18 milliards de DH contre 34,169 milliards un an auparavant, soit une baisse de 46,8%. L’année 2018 a été marquée par le deal Saham-Sanlam pour un montant de 1,05 milliard de dollars (10 milliards de DH)

Les exportations totalisent 282 milliards de DH représentant ainsi 57,4% des importations. L’électronique, les extractions minières (sulfate de baryum, minerai de cuivre et de plomb), le textile et cuir ainsi que les phosphates et dérivés régressent à l’export. Les minerais de cuivre et du plomb sont respectivement sur des baisses de 21 et 10,8%. Cela pourrait être mis en partie sur le compte de la baisse du cours des métaux. En tout cas, la faiblesse de la croissance économique mondiale en 2019 a pénalisé le cours des matières premières.

Le chiffre d’affaires à l’export du textile et cuir, secteur pourvoyeur d’emploi, a cédé 2,3% rompant ainsi avec trois années de hausse consécutive. Les vêtements confectionnés, les articles de bonneterie et en particulier la chaussure (-7,1%) ont terminé l’année sur une note plutôt négative.

La baisse des exportations des phosphates et dérivés (5,9%) provient principalement de la diminution des ventes des engrais naturels et chimiques et celles des phosphates. La part de ce secteur dans le total des exportations a ainsi reculé de 17,4% contre 18,9% en 2018.

Les exportations des autres groupes de produits augmentent, notamment celles de l’automobile qui a totalisé 77,1 milliards de DH. La dynamique de ce secteur tient surtout à la progression des ventes du câblage (+8,9%) et dans une moindre mesure de l’intérieur véhicules et sièges.

La part de l'automobile dans les exportations s’élève à 27,3% contre 26,3% un an auparavant. Dans ce secteur, la construction automobile domine toujours l’écosystème: elle représente 43,9% quoiqu’en baisse de 3,5 points par rapport à 2018. Elle est suivie du câblage avec 41,5%, soit 0,9 point de plus par rapport à l’année précédente.

investissemnt-marocain-090.jpg

Les flux des investissements directs marocains à l’étranger ont augmenté de 3,08 milliards de DH à fin décembre 2019. Ils atteignent 10,9 milliards de DH contre 8 milliards une année auparavan

Pour sa part, «l’agriculture et l’agro-alimentaire» réalise une hausse de 4,1% tirée par l’agriculture, sylviculture et chasse dont les ventes se sont améliorées de 2,1 milliards de DH. Dans l’aéronautique, les exportations ont pris 7,3%.  Ceci étant, la Cour des comptes(1) préconise d’élaborer un programme d’ensemble, en partenariat avec les acteurs économiques et sociaux pour aménager les conditions destinées à diversifier et améliorer la qualité de l’offre exportable.

«Il s’agit de soutenir le tissu entrepreneurial pour une plus grande intégration dans les chaînes de valeur de l’exportation, l’ouverture vers de nouveaux marchés, l’augmentation des taux d’intégration industrielle, et la hausse de la valeur ajoutée locale de nos exportations», a souligné Driss Jettou, président de la Cour des comptes.

Par ailleurs, l’année 2019 s’est achevée sur une hausse de 7,7% des recettes voyages:  78,6 milliards contre 73 milliards un an auparavant. En parallèle, les dépenses voyages se sont accrues de 11%. Le solde voyage a pris 6,5%. Quant aux recettes MRE, elles sont restées quasi-stable.

K.M.

-----------------------------------------------------------------

(1) Le président de la Cour des comptes a présenté les activités des juridictions financières la semaine dernière devant les parlementaires.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc