×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Le crédit au secteur privé retrouve du tonus

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5689 Le 03/02/2020 | Partager
    + 5,6% à 712 milliards de DH en 2019
    Le regain de la demande des entreprises à l’origine de ce sursaut
    Les impayés des ménages s’accélèrent: +15% à 29 milliards de DH

    Le nouveau dispositif de soutien au financement des TPME et des porteurs de projets devrait entre autres contribuer à dynamiser la croissance du crédit. En attendant, l’encours des prêts au secteur non financier a augmenté de 5,3% en 2019 dont une croissance de 5,6% des concours au secteur privé.

    Ce rythme dépasse les prévisions de la Banque centrale. Il y a un net regain de la demande des entreprises privées depuis le deuxième semestre 2019. En rythme annuel, la croissance de l’encours des crédits à sociétés est passée de 2,5% à fin juin à 7,1% en fin d’année. Les levées de fonds pour l’investissement s’améliorent avec une progression de 6% des prêts à l’équipement à 102 milliards de DH. A la même période en 2018, l’encours était en baisse.

    credit-au-secteur-prive-089.jpg

     Il y a un net regain de la demande des entreprises privées depuis le deuxième semestre 2019. Du côté des ménages, la croissance est en partie freinée par la recrudescence des créances en souffrance

    Les entreprises intervenant dans les secteurs agroalimentaire, chimie et parachimie, BTP et dans une moindre mesure le commerce sont à l’origine de ce regain. Ce qui n’a en revanche pas changé d’une année à l’autre est la pression sur la trésorerie des entreprises.

    Elles ont mobilisé des volumes importants puisque l’encours a augmenté de 13,5 milliards de DH (+9,4%) pour se hisser à 157 milliards de DH. Globalement le risque lié aux entreprises s’est atténué puisque les créances en souffrance ont limité leur hausse à 1% en 2019 après une augmentation de 2,5% l’année précédente.

    A l’inverse, le portefeuille des ménages s’est dégradé suite à l’aggravation de 15% des impayés à 29 milliards de DH. Cette poussée du risque a en partie impacté la croissance des crédits à cette catégorie de clientèle. Celle-ci a diminué de 1 point par rapport à 2018 à 4,1%. Mais son rythme est supérieur à la moyenne de 2015 à 2018 (3,8%). La croissance a ralenti pour les prêts destinés au financement d’un bien immobilier et ceux dédiés à la consommation.

    L’encours du crédit à l’habitat s’est établi à 215 milliards de DH en hausse de 3,7% à fin 2019 (+5,6% en 2018). Les emprunteurs ont réalisé quelques économies sur le taux d’intérêt qui a été de 4,46% en moyenne sur les trois premiers trimestres. Le tarif appliqué au crédit à la consommation ressort à 6,72% en moyenne. L’encours a augmenté de 4,5% à 57 milliards de DH contre une hausse de 6,1% une année auparavant.

    F.Fa

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc