×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

TPME: Les efforts se concentrent sur le monde rural

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5689 Le 03/02/2020 | Partager
Le Fonds Hassan II met 2 milliards de DH sur la table
La liste des projets éligibles s’allonge dans le rural
Le Crédit Agricole et Al Barid Bank, main dans la main

Le Compte d’affectation spéciale, «Fonds d’appui au financement de l’entrepreneuriat», inscrit dans la loi de finances en vigueur, est désormais doté de 8 milliards de DH. Le quart de cette manne vient du Fonds Hassan II pour le développement économique et social.

L’annonce de cette contribution à hauteur de 2 milliards de DH a été suivie de la signature de deux conventions vendredi dernier, sous la présidence du Souverain. Celles-ci s’ajoutent aux autres paraphées devant le Roi lundi dernier.

Selon Dounia Ben Abbas Taârji, présidente du directoire du Fonds Hassan II, ce montant, à un taux de 0%, vient en appui aux banques, et en premier lieu, au Crédit Agricole du Maroc. Cette contribution du Fonds permet de faire baisser le taux d’intérêt dans le cadre de ce programme à un niveau historiquement bas, plafonné à 1,75%.

Selon Taârji, les projets qui seront financés sont ceux des petites ou très petites entreprises, qu’elles soient agricoles ou non, des auto-entrepreneurs et des jeunes porteurs de projets. S’y ajoutent de nouvelles entreprises innovantes et des petites exploitations agricoles, tenues par des personnes physiques ou morales.

Pour la patronne du Fonds, il est entendu que l’activité en question peut être une création nouvelle ou une reconversion significative de l’exploitation. Pareil pour un investissement innovant ou permettant une modernisation de l’activité.

D’après Taârji, les futurs projets d’investissement, dans le cadre de l’opération de Melkisation des terres collectives, sont également éligibles. Pour les projets agricoles, la typologie éligible doit être compatible avec les vocations définies dans le cadre de la stratégie nationale de développement agricole, notamment l’encouragement des cultures à forte valeur ajoutée.

Par ailleurs, le ministre de l’Economie et des Finances a précisé que son département adoptera une approche volontariste en termes de simplification des procédures, de facilitation des conditions de garantie tout en éliminant les garanties personnelles. A préciser que ce programme contribuera à la création de 27.000 nouveaux postes d’emplois et à l’accompagnement de 13.500 entreprises supplémentaires.

L’intervention du président du GPBM, Othman Benjelloun, abondait dans le même sens. Selon lui, toutes les banques se sont engagées à ce que «les produits offerts aux jeunes entrepreneurs soient simples d’accès et d’utilisation, bénéficiant d’une gratuité des frais de dossiers ainsi que de faibles taux d’intérêt».

Elles sont engagées à ce que les délais de réponse aux entrepreneurs ne dépassent pas trois semaines. Ces délais seront d’autant plus facilités que les banques se verront confier, par la Caisse centrale de garantie (CCG), la délégation d’octroi de garanties pouvant atteindre jusqu’à 80% du montant du crédit.

Ce dispositif prévoit un mécanisme de suivi. L’objectif est de s’assurer que la mise en place de ces financements permette d’avoir un impact réel sur le monde rural. L’enjeu étant de contribuer à l’émergence d’une classe moyenne rurale. Pour cette opération, elle mise sur l’appui de la CCG, pour que toutes les informations relatives au fonctionnement et aux réalisations des financements accordés soient régulièrement examinées.

Rappelons que les banques vont accorder des crédits à un taux de 1,75% aux porteurs de projets. Ce qui constitue un effort extrêmement important en termes de coûts de crédit et un encouragement sans précédent dans l’histoire du Maroc pour accompagner le monde rural.

En tout cas, Al Barid Bank et le Crédit Agricole du Maroc, qui disposent d’un large réseau d’agences dans le rural, en plus des agences ambulantes et des solutions de mobile banking, seront mises à contribution. Ainsi, ils vont conjuguer leurs efforts en vue de faciliter l’accès aux services bancaires.

Quant aux banques, elles effectueront des missions d’encadrement auprès des porteurs d’idées novatrices, pour faciliter leur inclusion financière et réussir à faire fructifier leurs projets. Sur cette opération, l’accent sera mis sur l’investissement de sorte à ce que chaque région puisse offrir des opportunités d’emploi à ses jeunes.

L’objectif étant bien évidemment de réduire les disparités territoriales, favoriser l’inclusion sociale et rapprocher les niveaux de vie dans le monde rural et urbain. Ce qui permettra in fine d’assister à l’émergence d’une classe moyenne rurale, telle que souhaité par le Souverain.

Les trois catégories de Sijilmassi

Cette opération va concerner trois catégories de populations rurales, a assuré Tarik Sijilmassi, président du Crédit Agricole du Maroc. La première est constituée de jeunes agriculteurs, porteurs de projets agricoles et de futurs bénéficiaires de l’opération de Melkisation des terres collectives. La deuxième catégorie concerne les anciens agriculteurs qui veulent améliorer leurs cultures. Le champ est toujours ouvert pour ces anciens agriculteurs à condition qu’ils présentent des projets nouveaux et innovants, tient à préciser Tarik Sijilmassi. La nouveauté peut consister en la reconversion de la terre, la plantation de nouvelles cultures à meilleure valeur ajoutée, une modernisation des techniques de culture, ou encore un investissement innovant, comme l’utilisation des énergies alternatives, dit-il en substance. La troisième catégorie a trait aux porteurs de projets non agricoles, situés en milieu rural. Sijilmassi a précisé que l’agriculture n’était pas la seule activité économique dans nos campagnes. C’est notamment le cas de projets relatifs au tourisme rural et à l’artisanat.

M.C.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc