×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Brexit: Goodbye l’UE…

    Par L'Economiste | Edition N°:5685 Le 28/01/2020 | Partager
    Sauf surprise, le Royaume-Uni quittera l'Union le 31 janvier
    Les prochaines étapes du processus
    brexit-085.jpg

     

    Après avoir été repoussé trois fois, le Brexit qui a semé la division des foyers britanniques aux bancs du Parlement, aura lieu vendredi 31 janvier dans la soirée. Cette date ne marque pas pour autant la fin du long processus. Voici les dates clés des étapes à venir.

    ■ 29 janvier: Cap au Parlement européen
    Pour entrer en vigueur, le Brexit doit aussi être ratifié par les députés européens. Ils attendaient de voir ce que Londres allait décider après ce long retard et devraient approuver l'accord deux jours avant la date fatidique.

    ■ 31 janvier: Le jour J
    Le Royaume-Uni doit quitter l'UE le 31 janvier, une date déjà reportée trois fois depuis le référendum de juin 2016. Le pays entrera dans une phase de transition dans laquelle ses relations resteront inchangées avec les 27 jusqu'au 31 décembre 2020. Par contre, il ne pourra ni siéger dans les institutions européennes ni avoir son mot à dire sur leurs décisions. Ce délai doit permettre aux deux parties de nouer une nouvelle relation en termes de commerce et de sécurité.

    ■ Février/mars: Début des négociations commerciales
    Londres se dit prêt à lancer ses négociations commerciales dès le 1er février mais les membres de l'UE discutent toujours pour déterminer leurs objectifs pour ces négociations. Dans un discours prévu début février, le Premier ministre Boris Johnson doit présenter ses ambitions d'arriver à un accord de libre-échange du même type que celui signé par l'UE avec le Canada récemment, sans alignement avec les règles européennes. Le mandat européen devrait être approuvé au niveau ministériel d'ici au 25 février. Ce qui permettra aux pourparlers de démarrer autour du 1er mars. Outre le commerce, le Royaume-Uni et les 27 ne manquent pas de sujets sur lesquels ils devront s'accorder: la sécurité et la coopération judiciaire, l'éducation, l'énergie... Parallèlement, Londres compte lancer des négociations avec d'autres pays, Etats-Unis en tête, pour arriver à des accords de libre-échange. Pour rappel, le Maroc et le Royaume-Uni ont scellé en octobre 2019 un accord d’association qui entrera en vigueur après la sortie de l’UE (cf. notre édition N°5623 du 28/10/2019).

    ■ 1er juillet: Prolonger la période de transition
    Le Royaume-Uni peut prolonger la période de transition au-delà de fin 2020 pour un ou deux ans, mais doit informer l'UE de sa demande avant le 1er juillet. Boris Johnson insiste: il ne compte pas demander d'extension. Mais la Commission européenne juge le délai de la période transitoire très serré. Sa présidente Ursula von der Leyen a averti qu'il serait impossible de s'accorder sur tous les aspects et qu'il faudrait choisir des priorités.

    ■ 31 décembre: Fin de la période de transition
    C'est en l'état la fin des liens entre l'UE et le Royaume-Uni tels qu'ils auront existé pendant 47 ans. Sans nouvel accord ou extension de la période de transition, commerce et transports, entre autres, risquent des perturbations majeures.

    La mise en garde de Michel Barnier

    Le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier a mis en garde contre le risque d'une rupture brutale des échanges entre le Royaume-Uni et l'UE s'ils ne parviennent pas à s'entendre cette année sur leur future relation après le Brexit. A défaut d'accord commercial, les relations économiques entre Bruxelles et Londres seraient régies par les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), bien moins avantageuses car elles fixent des droits de douane pour les marchandises. Michel Barnier a précisé qu'il présenterait lundi prochain un projet de mandat de négociation aux Etats membres, après l'accord de divorce qui règle les modalités de la séparation.

    F. Z. T. avec agences

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc