×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 186.066 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 230.556 articles (chiffres relevés le 28/5 sur google analytics)
Economie

Les ménages s'attendent à une dégradation du niveau de vie

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5680 Le 21/01/2020 | Partager
La majorité anticipe une hausse du prix des produits alimentaires
Pessimistes sur le chômage et la capacité à épargner

La confiance des ménages est toujours ébranlée. Au quatrième trimestre 2019, l’indice de confiance des ménages (ICM), calculé par le Haut commissariat au plan montre une dégradation comparativement à la même période de l’année 2018. Ils sont pessimistes par rapport au chômage, au coût de la vie et l’épargne. L’ICM s’est ainsi établi à 77,8 points contre 79,8 points une année auparavant.

Cet indice est le thermomètre de la perception qu’ont les ménages de la conjoncture. Il renseigne sur l’opinion qu’ils ont de leur environnement économique et sur certains aspects  de leur situation économique personnelle. Il livre aussi des informations, parfois précieuses, sur les anticipations en matière d’achats de biens durables et donc de consommation ainsi que l’évolution du chômage et de l’épargne. 

Même si l’inflation est maintenue en dessous de 2%, le ressenti des ménages est tout autre. Cette dichotomie a été à l’origine de critiques de la méthodologie du HCP par les économistes du Centre marocain de conjoncture. Au quatrième trimestre de 2019, 43% des ménages ont déclaré une dégradation du niveau de vie au cours des 12 derniers mois, 34% un maintien au même niveau et seul 23% parient sur une amélioration.

Pour les prochains mois, 28,8% des ménages s’attendent à une dégradation du niveau de vie, 44,5% à un maintien au même niveau et 26,7% à une amélioration. Ceci étant, la majorité des ménages anticipent une hausse du prix des produits alimentaires.

menages-080.jpg

L'indice de confiance des ménages s’est établi à 77,8 points, contre 79,8 points une année auparavant. Même s'il s'est amélioré par rapport au trimestre précédent où il était à 74,8, les ménages restent pessimistes sur plusieurs aspects

Sur le chômage, le pessimisme perdure. Les derniers chiffres disponibles font ressortir un taux de 9,4% au troisième trimestre 2019. En parallèle, le taux d’activité ne dépasse pas 44,9% et celui de l’emploi 40,7%. Moins de la moitié de la population en âge de travailler contribue actuellement à la création de richesse. Ce taux reste faible comparativement aux pays émergents où il tourne autour de 60%!

De plus, le volume du sous-emploi est de 969.000 personnes, soit 9,1% au niveau national. Dans le détail, la population active occupée en situation de sous-emploi lié au nombre d’heures travaillées s’élève à 380.000 personnes (3,5%). Celle en sous-emploi en raison de l’insuffisance du revenu ou de l’inadéquation entre la formation et l’emploi exercé est de 589.000 personnes (5,6%).  Sondés au quatrième trimestre 2019, près de 79,5% des ménages s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois! 

Par ailleurs, très peu de ménages comptent épargner: 17,8% seulement. Ils estiment aussi que la conjoncture est peu favorable à l’achat des biens durables. C’est le cas de 55,6% d’entre eux.  Ce tableau pessimiste est également marqué par la situation financière des ménages.

Durant le dernier trimestre de l’année dernière, 65,6% d’entre eux ont estimé que leurs revenus couvrent leurs dépenses, 30,4% ont déclaré s’endetter ou puiser dans leur épargne et 4% ont affirmé épargner une partie de leur revenu. Pour les prochains mois, près du tiers s’attendent à une dégradation de leur situation financière.

Sur des indicateurs comme la qualité des prestations administratives, la situation des droits de l’homme ou encore les services de l’enseignement, les ménages ont plutôt une opinion négative.

K. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc