×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Election décisive à l’Apebi

    Par Amin RBOUB | Edition N°:5669 Le 06/01/2020 | Partager
    Youssef Alaoui et Amine Zarouk, les deux candidats à la présidence
    Les enjeux et les programmes des binômes en lice

    L’Apebi négocie peut-être un tournant de son histoire. Dans un contexte de fortes mutations technologiques, la Fédération des technologies de l’information, de télécommunication et de l’offshoring  va bientôt élire un nouveau bureau censé piloter les nouveaux chantiers numériques pour la période 2020-2022. Les nouveaux président et vice-président général seront élus le 15 janvier prochain. Pour l’heure, les candidats sont dans les starting-blocks. La campagne démarre le 6 janvier.

    Pour le candidat Youssef El Alaoui, directeur associé de Mobiblanc et vice-président de l’Apebi, son programme parie sur «la continuité, l’innovation et l’esprit d’équipe». La feuille de route du binôme Youssef El Alaoui et Abdellatif Tarhine, DG et co-fondateur de Nétopia Solutions, s’articule autour de 6 axes: «Nous comptons capitaliser sur les acquis de l’Apebi en tant qu’acteur incontournable et crédible avec les pouvoirs publics, maintenir l’esprit d’équipe et la cohésion des membres, ériger la PME numérique au coeur des enjeux et encourager la politique de PME-PMI championnes nationales,  ou encore faciliter l’accès aux marchés, promouvoir les compétences nationales, régler le problème des délais de paiement et de financement...», résume Youssef El Alaoui.

    Au cas où il est élu à la tête de l’Apebi, El Alaoui compte redynamiser l’écosystème des start up via une approche systémique. Ce qui implique d’accélérer les financements, les levées de fonds, l’innovation, une fiscalité dédiée... Mais aussi des ajustements sur le plan réglementaire. Sur l’offshoring, Youssef El Alaoui compte s’attaquer à la pénurie des ressources, l’inflation des salaires, la formation, la valeur ajoutée... L’enjeu est de capitaliser sur les acquis de ce secteur, renforcer sa compétitivité et garantir sa pérennité.

    «Le digital est une activité transversale qui transcende le périmètre du ministère de l’Industrie. Nous proposons qu’il soit sous la tutelle de la Primature, puisqu’il concerne l’ensemble des secteurs et activités économiques», tient à préciser Youssef El Alaoui. Pour le 2e binôme en compétition, il est composé de Amine Zarouk (candidat à la présidence), DG d’Alten DC Maroc, et Mehdi Alaoui (vice-présidence) DG de APP Editor (LaFactory).

    Le tandem vient de dévoiler un programme baptisé: «Au service du progrès». «Nous avons Mehdi Alaoui  et moi co-construit une vision pragmatique orientée vers les membres. Toutes les actions doivent être au service des adhérents», résume Zarouk. Et d’ajouter: «Nous comptons gérer notre mandat en mode projets et pas en mode activités. En clair, faire preuve de pragmatisme et finir le mandat avec un livrable, des résultats concrets, des plannings et des échéances...».

    Pour le candidat Zarouk, le bilan actuel  de l’Apebi «est certes riche en activités, mais il manque de cohérence et de pragmatisme». Le programme du binôme Zarouk-Alaoui s’articule autour de 5 axes: Le digital4All, un dispositif accélérateur de l’accès des membres aux marchés à travers une caravane qui rencontre les autres fédérations sectorielles de la CGEM ainsi que les régions.

    Le 2e axe est baptisé «Skills4All». Il porte sur le développement rapide des compétences via un institut PPP de formation et de reconversion dans le digital. Le 3e axe (Institutions2Meet) devra créer des instances de lobbying afin de mettre en place un doing business digital.

    Data4Tech est un autre axe qui consiste à mettre en place un observatoire permanent pour la veille et l’analyse des données IT. Enfin, Morocco Tech4Africa porte sur la création d’une confédération africaine des technologies pour positionner l’Apebi sur des marchés à l’échelle continentale.

    Un marché de 30 milliards de DH

    Les enjeux de cette élection sont multiples, car ils doivent traduire les orientations générales du Maroc en termes de digitalisation, créer de nouvelles opportunités et relever les défis auxquels fait face un secteur où la Data est désormais le maître-mot. La nouvelle équipe devra anticiper les changements majeurs induits par la 5G, l’Internet des objets (IoT) ou encore l’intelligence artificielle, l’open data, la souveraineté des données, l’e-gov, l’usine 4.0...  Pour rappel, l’Apebi a été créée il y a 30 ans. Elle compte quelque 200 entreprises membres. Les secteurs représentés (y compris l’offshoring et les télécoms) pèsent pour 30 milliards de DH.

    Amin RBOUB

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc