×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Analyse

    MRE : 190.000 retours depuis l'an 2000

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5669 Le 06/01/2020 | Partager
    Les retraités provenant de France sont les plus nombreux
    Retraite, chômage, regroupement familial, les principales raisons
    migrants-retour-069.jpg

    La structure par sexe des migrants de retour  révèle une nette prédominance des hommes avec 71,9% contre 28,1% de femmes. Cet écart est relativement plus important en milieu rural avec 86,4% d’hommes et 13,6% de femmes

    Trois régions concentrent un peu plus de moitié des migrants qui ont regagné définitivement le Maroc. Il s’agit de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra et Béni Mellal-Khénifra. Les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, l’Oriental et Marrakech-Safi sont dans une situation intermédiaire et accueillent chacune environ 10% d’entre eux. Alors que le reste enregistre les proportions les plus faibles.

    L’enquête du HCP définit le migrant de retour comme étant tout membre du ménage enquêté, né au Maroc, qui a vécu à l’étranger pendant au moins 3 mois et qui est rentré depuis le 1er janvier 2000. L’enquête a couvert un échantillon représentatif de 4.635 individus. Selon les résultats de l’enquête, le nombre total de ces migrants s’élève à 187.566 individus et 81,2% d’entre eux résident dans les villes. Ils sont pour la majorité des hommes et plus de la moitié âgés de 15 à 39 ans. Ils proviennent également, pour l’écrasante majorité, de trois pays européens: la France, l’Italie et l’Espagne: 74%. 

    En ce qui concerne les femmes, la proportion la plus élevée parmi ces migrants provient de la France, pays traditionnel d’émigration des Marocains, avec 38%, suivie par l’Italie (20,3%) et l’Espagne (11%).  Même constat pour ce qui est de l’âge, dans la mesure où la France se positionne comme le plus grand pourvoyeur de migrants de retour âgés de 60 ans et plus avec une part de 50,4%, devançant de loin l’Italie (13,5%) et l’Espagne (12,9%), nouveaux pays d’émigration.

    Cette population dispose par ailleurs d’un niveau d’enseignement supérieur, avec une prédominance des femmes: 39,1% contre 24,3% pour les hommes. Le regroupement familial ou le mariage constitue la raison principale du retour. Ce motif concerne plus les femmes (44,4%) que les hommes (20,5%).

    Selon les pays de provenance, le regroupement familial est plus récurrent parmi ceux issus des pays d’Amérique du Nord avec 41% et des anciens pays européens d’immigration avec 29,6%. Les contraintes liées à l’emploi (chômage, mauvaises conditions de travail et la fin du contrat) viennent en 2e position avec 15,2%, les hommes étant plus touchés que les femmes. La retraite se situe en troisième position comme raison du retour avec 14,2%, les hommes (18,3%) plus que les femmes (3,5%).

    Les autres raisons évoquées sont principalement la nostalgie de retourner au pays d’origine, les expulsions et refoulements, l’éducation et formation des enfants (l’état de santé et le désir d’investir dans le pays d’origine). Ce migrant, lui-même, est dans la majorité des cas celui qui a pris la décision de retourner dans le pays d’origine avec une part de 83%. Les autres membres de la famille n’interviennent que rarement, sauf pour les femmes dont le conjoint est à l’origine de la décision du retour.

    A.G.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc