×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Courrier des Lecteurs

    Développement: Le Maroc toujours à la traîne!

    Par L'Economiste | Edition N°:5667 Le 02/01/2020 | Partager

    Le Maroc n’a toujours pas à ce jour emprunté une trajectoire d’émergence économiquement et socialement parlant. Un problème qui vient de faire l’objet d’une étude de réflexion des économistes de l’Agence française de développement (AFD) et qui a suscité bon nombre de réactions auprès de nos lecteurs… (cf. notre édition du 23 /12 /2019)   
     
    ■ Des maux connus de tous
    Les maux du Maroc sont connus. Les principaux étant notamment le système éducatif défaillant du pays, ses ressources humaines pour la plupart non qualifiées, sa mauvaise gouvernance ou encore un modèle politique inapproprié. Sans oublier une économie essentiellement basée sur la rente et le manque de contrôle des dépenses publiques. Pour changer la donne, il faudrait des ressources humaines qualifiées, intègres et fiables!
    I.C.

    ■ Solution? Investir dans l’éducation
     Pour développer notre pays comme il se doit, il faut avant tout investir massivement dans l'éducation, l'enseignement supérieur et la formation professionnelle des jeunes tout en éradiquant la corruption à sa source. En effet, en près de 20 ans, le Maroc a considérablement investi en infrastructures (autoroutes, TGV, ports, etc.).
    A ce niveau, le Royaume est comparable à l’Europe. Ainsi, notre pays ne sera pas atteint si l’on choisit d’investir à la place dans le capital humain. Bien au contraire! Il décollera économiquement puisque sa population sera mieux éduquée, formée mais aussi soignée. Pour cela, nous devons booster au plus vite l’indice de développement humain en augmentant sensiblement la durée moyenne de scolarisation, en réduisant le taux de mortalité infantile et en réduisant pauvreté et inégalités sociales. Des points sur lesquels le Maroc a plus de 20 ans du retard sur le Brésil ! Au Mexique, le programme «Oportunidades» a été créé en 1997! Tout ceci peut être obtenu sans creuser le déficit public, uniquement en fusionnant les subventions et les dizaines de programmes sociaux du Royaume.
    S.C.

                                                                                                   

    Abandon scolaire: Une hausse alarmante!

    Le taux d’abandon scolaire grimpe dangereusement depuis quelques mois. C’est en tout cas ce qui ressort du premier Atlas territorial sur le sujet, que vient de réaliser le Conseil supérieur de l’éducation. D’après le document, pas moins de 431.876 élèves ont quitté les bancs de l’école en 2018. Des chiffres qui ont fait réagir bon nombre de nos lecteurs… (cf. notre édition du 27 /12 /2019)  

    eleve-ecole-067.jpg

    ■ Des fournitures au prix trop élevé
    L’abandon scolaire a d’abord pour cause la cherté des fournitures exigées par les responsables académiques. Pourquoi les cartables de nos enfants sont bien souvent pleins à craquer? Quid de ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter toutes ces affaires? Et bien c’est très simple, ils décrochent et deviennent des délinquants agressant et semant partout la pagaille pour se venger!
    B.S.

    ■ L’éloignement des établissements scolaires aussi mis en cause
    Il n'y a pas que la cherté des fournitures scolaires qui entraîne le décrochage des élèves. Ajoutons également l’éloignement des établissements, la rareté des moyens de transport ainsi que les intempéries. Autre cause et non des moindres, le manque de soutien des membres de sa famille lorsqu’il s’agit de faire ses devoirs. N’oublions pas que les élèves ont besoin d’être assistés par leurs parents ou encore leurs frères et sœurs pour comprendre certaines notions du programme. Chose qui n’est pas toujours possible dans le milieu rural… Enfin, et ce dans bon nombre de cas, les familles manquent de moyens financiers et font appel à leurs enfants pour réaliser travaux agricoles et tâches quotidiennes. Néanmoins, dans certaines régions, parents d’élèves, enseignants, société civile et communes rurales joignent leurs efforts régulièrement pour garantir aux enfants une scolarité confortable jusqu’à leur 9e année. Au programme, cantines, moyens de transport ou encore gratuité de fournitures scolaires. Un modèle qu’il serait grand temps de généraliser à l’échelle du pays!
    Pr L.M.

    ■ Plaçons l’éducation au premier rang!
    Tout ceci, c’est  le résultat des stratégies employées par nos politiciens qui placent l'éducation en dernier rang. Pourtant, ce socle réclamé haut et fort par la population devrait être prioritaire!
    B.B.

                                                                                                   

     Vente d’alcool: Un commerce avant tout!

    vente-alcool-067.jpg

    Sans faire de jeux de mots, c'est hallucinant de comparer un pharmacien au détenteur d'une licence de débit de boissons alcooliques! En effet, dans une pharmacie, la présence obligatoire d'un pharmacien est justifiée par la technicité des produits vendus en l'occurrence des médicaments qui ne sont pas des marchandises banales. Dans un débit de boissons alcooliques, la licence devrait être accordée à une identité commerciale et non à une personne physique.
    Il faut savoir qu’un débit de boissons alcooliques est bien une affaire commerciale, même si les produits concernés sont sujets à débat quant à leur nocivité sur la santé notamment (au même titre que le tabac ou d'autres narco-produits). Le droit marocain dans ce domaine a besoin d’un toilettage sérieux!
     I.I.

     

     

     

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc