×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Analyse

Le Maroc se vide de ses chardonnerets

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5662 Le 25/12/2019 | Partager
Menacés d’extinction, ils sont aussi victimes de braconnage et de trafic illicite vers l’Algérie
En un an, plus de 12.500 oiseaux saisis par les autorités, et relâchés dans la nature
Les ONG tirent la sonnette d’alarme et interpellent le Haut-commissariat aux eaux et forêts
chardonneretsque-062.jpg

Rien qu’en novembre, plus de 4.000 chardonnerets ont été saisis par les agents des forces armées royales, la douane, la gendarmerie royale et le département des eaux et forêts à travers de multiples descentes. Les passereaux sont entassés dans des conditions inhumaines. Les multiples actions menées sont indispensables pour protéger une faune hautement menacée (Ph. AK)

La succession des années de sécheresse, l’extension des centres urbains et le braconnage vident peu à peu les campagnes marocaines de leurs richesses ornithologiques. Premières victimes menacées d’extinction, les chardonnerets, ces petits passereaux au plumage somptueux et au chant mélodieux, qui de surcroît font l’objet d’une très grande convoitise, de la part de nos voisins algériens.

Braconnage, commerce illégal en dépit des interdictions, maltraitance...une fin programmée pour ces tout petits oiseaux qui sont capturés avec de la glue ou des filets de fortune, et transportés dans des conditions «inhumaines». Il faut savoir que les différentes espèces de passereaux et fringillidés figurent sur la liste rouge des espèces menacées.

Pourtant, «des dizaines de milliers de chardonnerets sont vendus illégalement, annuellement, par des contrebandiers marocains à leurs homologues algériens, malgré les lois draconiennes au Maroc et en Algérie», précise-t-on auprès d’associations ornithologiques dans l’Oriental.

À elles seules, les Forces armées royales ont saisi 12.500 chardonnerets, destinés à la contrebande, au cours de cette année. Une des dernières saisies en novembre (21) en comptait quelque 2.500, au niveau des localités de Touissit et Aïn Bani Mathar.

De leur côté, les agents de la douane et de la gendarmerie royale procèdent régulièrement à des descentes et saisies de milliers d’oiseaux, avant de procéder à leurs lâchers. La dernière prise de la douane, à l’entrée d’Oujda (1.680 oiseaux saisis le 13 novembre dernier) témoigne de la cupidité et la rapacité des passeurs d’oiseaux.

«Dans le cadre d’une opération de contrôle, des agents douaniers de la brigade d’Oujda ont intercepté un véhicule de tourisme dont le conducteur a pris la fuite. À l’intérieur de la voiture, ils découvrent 28 caissettes de fortune renfermant 1.680 chardonnerets élégants», précisait le communiqué des services douaniers d’Oujda.

Cette espèce de passereau est victime d’une implacable chasse sauvage au niveau de plusieurs régions du Royaume. Ils sont, par la suite, regroupés dans des caissettes en bois contenant une cinquantaine d’unités avant d’être acheminés vers l’Oriental. Et c’est à partir d’Oujda, Ahfir, Touissit et Ain Bani Mathar qu’ils sont exportés vers l’Algérie à travers des réseaux organisés.

Un chardonneret dressé et acheté à 40 ou 80 DH est vendu à 150 DH par les passeurs d’oiseaux.   Ceux qui arrivent en Europe sont commercialisés à partir de 400 euros.

chardonnerets-062.jpg

 Une implacable chasse sauvage est livrée à cette espèce de passereau extrêmement prisé pour la beauté de son plumage et la variété de son chant. Et même s’il figure sur la liste rouge des espèces menacées d’extinction, il reste victime d’un braconnage sans pitié à des fins de revente frauduleuse (Ph puravidalaw.org)

Plus de 80% des chardonnerets de l’Oriental ont été décimés par cette traque intensive, comme le précise un comptage réalisé par la Ligue de l’Oriental des amateurs d’oiseaux. Un organisme qui lance la sonnette d’alarme et qui interpelle le Haut-commissariat aux eaux et forêts et de la lutte contre la désertification pour sévir davantage contre les braconniers et réguler la chasse de ces oiseaux.

Le nombre de chardonnerets ne cesse de régresser au niveau de l’Oriental; moins de 7% de l’ensemble des oiseaux de la région, jadis réputée pour le foisonnement de ce type d’oiseaux. Au niveau du triangle géographique Fès-El-Gharb-El Jadida, leur nombre se situe entre 20% et 30% alors qu’il gravite autour de 10% entre El Jadida et Taroudant. 

La Ligue de l’Oriental des amateurs d’oiseaux approuve fortement les actions menées par les différents intervenants pour mettre le holà à la fraude. «Les associations d’éleveurs d’oiseaux, les acteurs associatifs et les amateurs d’oiseaux de chant sont également appelés à sensibiliser sur la gravité de la situation et de contribuer à la protection des espèces menacées», confie à L’Economiste Khalid Bedhiaf, secrétaire général de la ligue de l’Oriental des amateurs. C’est la responsabilité de toutes les parties prenantes (Douane, eaux et forêts, parquet, gendarmerie royale, Sûreté nationale, ONG...). Seules des actions collectives sont capables de mettre un terme à ce trafic.

«Si nous arrivons à conjuguer l’action régalienne et la prise de conscience des amateurs, le résultat serait positif», précise de son côté Mohamed El Khalloufi, Chef du Service de partenariat pour la conservation et le développement des ressources naturelles aux eaux et forêts de l’Oriental.

Pour rappel, les peines infligées aux contrebandiers d’oiseaux peuvent atteindre jusqu’à 20.000 DH par tête de chardonneret. Ce qui explique pourquoi les passeurs prennent la fuite une fois que leur marchandise est appréhendée par les agents de la douane.

Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc