×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5653 Le 12/12/2019 | Partager
    Refonte des statuts, intégration de nouveaux membres
    Séparer la culture de la politique
    Promouvoir Fès, sa région et le Maroc… parmi ses missions
    fondation-esprit-de-fes-053.jpg

    Abderrafih Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, recevant le trophée «Culture, innovation et créativité», à l'occasion de la 3e édition du Forum économique de Fès-Meknès. Ce prix lui a été remis pour la contribution du Festival des musiques sacrées du monde, au dialogue des cultures et des religions, à mieux faire connaître les valeurs du royaume (Ph YSA)

    Nouveau tournant pour la Fondation Esprit de Fès (FEF). Son conseil d’administration s’est réuni, dernièrement, au siège de la wilaya de Fès, en présence des institutionnels, des administrateurs et des acteurs économiques et sponsors.

    Le conseil a approuvé à l’unanimité les comptes de la Fondation (certifiés par les commissaires aux comptes du cabinet Price-Waterhouse), la modification des statuts, ainsi que les dates et la thématique du festival de Fès des musiques sacrées du monde (FFMSM).

    L’événement phare de la capitale spirituelle se tiendra, ainsi, du 12 au 20 juin 2020, sous le thème: «l’architecture et le sacré». «Cette thématique invite à un voyage à travers le monde et le temps pour explorer comment les hommes de toutes religions ont utilisé et magnifié l’architecture afin d’exprimer leur quête du sacré», explique Abderrafih Zouitene, président de la Fondation.

    L’autre point à l’ordre du jour de l’AGO est celui de la révision des statuts de FEF. Approuvé à l’unanimité, ce changement intervient après un quart de siècle d’expériences et de réussite du festival de Fès. «Un événement qui a bien affirmé son identité, consolidé ses vocations et élargi ses horizons…. grâce à un appui de SM le Roi, des administrateurs et des sponsors», insiste Zouitene.

    Désormais, il s’assigne l’objectif de mettre en valeur l’offre culturelle de la ville de Fès et de la région, le renouveau de la médina de Fès, et la promotion de la marque Maroc. Pour y parvenir, il faut renforcer le rôle de la FEF et la doter de moyens financiers. En ce sens, les présidents des collectivités territoriales concernées deviennent membres «es-qualité» du Comité institutionnel consultatif (CIC) créé à cet effet.

    Leur rôle sera de contribuer au rayonnement de la fondation tout en respectant les exigences de la bonne gouvernance qui imposent de séparer entre l’appui institutionnel et la gestion de la fondation. Cette modification des statuts permettra à la Fondation d’être à l’abri de toute pratique partisane à des fins autres que son objet.

    Favoriser le développement culturel et le tourisme, et promouvoir l’image de Fès et plus largement celle du Maroc, au moyen d’un label «Spirit of Fès» diffusé à travers le monde, ne sont pas en reste. La volonté étant d’initier, créer et développer toute activité ou programme, de nature à promouvoir au niveau national et international, l’image de la capitale spirituelle comme centre de paix et de dialogue des cultures, des religions et civilisations.

    «Cette modification des statuts permettra aussi de s’ouvrir pour ses futurs membres vers les jeunes, nos compatriotes résidant à l’étranger, de professionnels marocains et étrangers de la culture en vue d’un rayonnement encore plus fort», conclut Zouitene.

    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc