×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Competences & rh

Marque employeur: Ficelez votre opération séduction!

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5646 Le 03/12/2019 | Partager
87% des candidats ne postulent pas à une entreprise qui a mauvaise réputation
Près de 9 actifs sur 10 effectuent des recherches avant de répondre à une annonce
e-reputation-046.jpg

Aujourd’hui plus que jamais, maîtriser sa e-réputation sur la toile est devenu un enjeu stratégique pour toutes les entreprises. De plus en plus de candidats se dirigent vers les moteurs de recherche pour récolter les informations nécessaires avant de postuler, les jugeant très fiables

L’expérience candidat constitue un élément de plus en plus central et stratégique pour les entreprises. Face à la pénurie des compétences, développer une marque employeur forte pour séduire, attirer et fidéliser les talents s’impose. Afin d’illustrer l’importance de l’image de la marque employeur sur le processus de recrutement, le jobboard ReKrute.com a mené une enquête auprès de 3.434 actifs marocains.

87% des sondés ont affirmé ne pas déposer leur candidature à une entreprise qui a mauvaise réputation tandis que la quasi-majorité (97%) envoie sa candidature à celles qui ont une bonne marque employeur. Cela démontre qu’ils y attachent beaucoup d’importance. Toutefois, la moitié se dit prête à tenter sa chance en postulant auprès d’une entreprise méconnue, contre 63% en 2015.

La communication que met en œuvre l’entreprise autour de sa marque employeur est une nouvelle manière d’aller chercher l’engagement et la productivité. Une bonne image a un fort impact sur le rendement des collaborateurs et leur volonté d’évoluer au sein d’une entité.

C’est d’ailleurs ce qu’affirment près de 9 sondés sur 10. Ils sont, par ailleurs, 87% à estimer que cela a une incidence sur leur motivation personnelle et 86% sur leur bien-être au travail et la relation avec leurs collègues.  Afin de récolter les informations nécessaires sur une entreprise, 81% des personnes interrogées disent se rendre sur des moteurs de recherche. 7 sondés sur 10 se fient aux sites internet des entreprises et 5 sur 10 aux réseaux sociaux professionnels.

Le bouche à oreille, pour sa part, est plébiscité par 42% des candidats. Toutefois, seuls 47% des employés se disent prêts à recommander leur entreprise à d’autres personnes. 34% ne sont pas sûrs de vouloir le faire et plus du quart (17%) confient qu’ils ne le feraient pas. Ces réponses reflètent, en partie, les faiblesses en matière de gestion et de développement du capital humain dans les entreprises marocaines.

Négliger la marque employeur peut coûter cher à l’entreprise. Selon l’enquête ReKrute, 54% des candidats potentiels se rétractent à la découverte d’informations négatives. En revanche, si elle est bien développée, elle peut réduire considérablement les coûts de recrutement.

Selon une étude de LinkedIn, à travers la mise en place d’une bonne stratégie marque employeur, les dépenses liées à chaque embauche peuvent diminuer de près de 50%, le turnover de 28% et les délais de recrutement peuvent en être considérablement écourtés.

Ainsi, parmi les critères qui permettent de construire une bonne image employeur, 98% des sondés jugent que la qualité des relations entre les employés et les managers et le cadre de travail sont des éléments primordiaux. Dans des proportions similaires, l’on retrouve, juste après, les opportunités de carrière, la communication interne et les formations. L’aspect pécuniaire, à savoir : la rémunération, les avantages et la stabilité financière de l’entreprise, sont classés à la 5e et 6e place.

L’enquête relève également la perception des candidats de l’image véhiculée par les entreprises. 37% des répondants pensent que la réalité est moins belle que ce que prétendent les employeurs et 42% estiment qu’elle est même totalement différente.

«Dans leurs actions de communication externe, les entreprises communiquent souvent une réalité embellie pour séduire les talents. Il faut donc tâcher de réduire l’écart entre la réalité et les promesses», souligne le management de ReKrute.

Pour les sondés, les témoignages des anciens collaborateurs et salariés actuels (51%) constituent le meilleur moyen de découvrir la culture RH des entreprises. «L’entreprise doit donc fidéliser ses employés et veiller à les satisfaire pour en faire des ambassadeurs», souligne l’enquête. Les sites carrières des entreprises (49%) et les salons de recrutement (43%) suivent de près les témoignages des collaborateurs.

Echantillon

L’étude du jobboard ReKrute.com a été réalisée auprès d’un échantillon de 3.434 actifs marocains: 53% sont en poste actuellement, dont 55% dans de grandes structures, 38% exerçant depuis 3 à 10 ans et 25% sont des cadres. 35% des sondés ont entre 25 et 30 ans et 30% ont moins de 25 ans. Pour ce qui est du niveau d’études, 27% justifient d’un bac+2, le quart d’un bac+3 et 27% d’un bac+5 et plus.

T.E.G.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc