×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    «Prête-moi ton rêve», l’escale dakaroise

    Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5644 Le 29/11/2019 | Partager
    Exposition itinérante à travers 6 villes d’Afrique
    28 artistes, 50 oeuvres, 15 pays
    prete-moi-ton-reve-044.jpg

    Comme promis par la Fondation pour le développement de la culture contemporaine africaine (FDCCA), la deuxième étape de l’exposition «Prête-moi ton rêve» quittera Casablanca pour Dakar, du 6 décembre 2019 au 28 janvier 2020, deuxième destination de son périple à travers le continent. Conçue comme un road show par les commissaires Brahim Aaloui et Yacouba Konate, l’exposition sillonnera plusieurs capitales africaines.

    Abidjan, Lagos, Addis-Abeba, Cape Town, avant de revenir en juin 2020 à Marrakech, qui sera alors capitale de la culture afri­caine pour l’année. 28 artistes majeurs du continent y participent chacun avec une ou deux oeuvres majeures. Il y a les toiles d’une modernité stupéfiante du Melehi, les totems emblématiques du Béninois Dominique Zinkpé, les formes hybrides du Sénégalais Soly Cissé, l’installation éminem­ment politique du Ca­merounais Barthélémy Toguo ou encore les peintures faussement naïves du Congolais Chéri Samba.

    L’escale dakaroise, qui s’ins­tallera au Musée des civilisations noires de la capitale séné­galaise, sera élargie avec la présence de nouveaux artistes tels que Bernie Searle (Afrique du Sud), Angèle Etoun­di (Cameroun) et Rui Assubuji (Mozam­bique). En parallèle de l’exposition princi­pale, le musée accueillera une exposition hommage dédiée à la Collection Henry Barbier. L’exposition carte blanche inti­tulée «Fent Bokk» sera confiée au jeune commissaire El Hadji Ma­lick Ndiaye au musée Théo­dore Monod de Dakar.

    Enfin, durant toute la durée de l’ex­position, des conférences et tables rondes seront organi­sées autour des thèmes suivants: Déberlinisation, contemporanéités africaines, para­digme panafri­cain du 21e siècle, défis scientifiques, technologiques et industriels du 21e siècle, Religions et sociétés, l’Afrique et ses diasporas… L’exposition s’acheminera ensuite vers Abidjan au printemps 2020.

    L’idée du projet est partie d’un constat sans appel. L’art africain trop longtemps sous-estimé a réussi à s’imposer sur la scène internationale, grâce notamment, à des manifestations majeures telles que «Les magiciens de la terre», au Centre Pompidou à Paris en 1989, l’exposition «Africa remix», présentée en Allemagne, en Grande-Bretagne, en France et au Ja­pon en 2005 ou encore «100% Afrique» au Parc de La Villette à Paris.

    Or si ces évènements ont eu le mérite de démontrer au regard européen, centré sur lui-même, qu’il existe une importante scène des arts contemporains non occidentale, il n’en reste pas moins qu’ils ont été organisés par et pour des publics occidentaux. «Des expositions qui n’ont jamais été montrées en Afrique. Il faut aider cette mémoire africaine, flottante, fantôme, à rentrer à la maison!», s’insurge Yacouba Konaté, entre autres membre du Conseil scienti­fique de l’Académie des Sciences, de la Culture et des Arts d’Afrique et des Dias­poras. L’objectif de cette exposition itiné­rante est justement de donner à voir aux Africains de l’art africain.

    A.Bo

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc