×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le Trésor profite des soldes à l’international

    Par Franck FAGNON | Edition N°:5641 Le 26/11/2019 | Partager
    Il a décroché des conditions inédites pour l’eurobond avec un taux de 1,5%
    A son crédit, une baisse significative de la prime de risque
    L’émission de 2020 servira à rembourser l’emprunt de 2010
    tresor-041.jpg

    Les taux bas en Europe constituent une aubaine pour les emprunteurs. Cela l’est davantage pour ceux qui disposent d’une signature de bonne qualité. Les investisseurs ont consenti une baisse importante de la prime de risque du Maroc pour son émission de 1 milliard d’eurobond

    Le Trésor aura attendu pratiquement la fin de l’année pour boucler la première des deux emprunts sur le marché financier international. Il a peut-être eu raison de prendre son temps (l’opération était initialement prévue en début d’année) puisqu’il a bénéficié de conditions inédites pour cette levée de 1 milliard d’euros sur douze ans.

    L’émission a été réalisée à un taux d’intérêt de 1,5% contre 3,5% en 2014 (maturité de 10 ans). C’est du jamais-vu pour le Trésor pour ces opérations sur le marché financier international et domestique. La Tunisie a récemment levé 700 millions d’euros sur sept ans à un taux supérieur à 6%. 

    Cinq ans après la dernière opération, l’environnement des taux en Europe a significativement évolué. Les taux obligataires y sont très bas, certains sont même négatifs. Les Etats, les entreprises et les ménages mobilisent donc des capitaux à des prix très bon marché.

    La différence d’un emprunteur à l’autre se joue sur la qualité de la signature. Epaulé par Barclays, BNP Paribas, Natixis et JP Morgan et les ratings des agences de notation financière (Fitch et Moody’s), le Trésor a négocié un rabais important sur la prime de risque.

    cout-tresor-041.jpg

    Jamais le Maroc n’a bénéficié de conditions de financement aussi attractives sur de telles maturités. Le taux d’intérêt de la dernière émission d’eurobond devrait favoriser la baisse du coût moyen de la dette extérieure

    Pour cette émission, les investisseurs ont consenti une baisse de 75,3 points de base par rapport à l’émission de juin 2014 à 139,7 points de base. «Cela dénote de la confiance des investisseurs dans les choix économiques et les réformes du Maroc», conclut un responsable du ministère des Finances. Dans un contexte régional tendu, le Maroc a gardé son investment grade, ce qui n’est pas neutre aux yeux des investisseurs. En tout, ils ont apporté 5,3 milliards d’euros.

    Resté éloigné du marché financier international pendant plusieurs années, le Trésor y jouit toujours d’une bonne cote. Cette nouvelle référence va permettre à d’autres émetteurs de lever des fonds à des conditions favorables. Malgré l’attractivité des conditions de financement, les interventions sur le marché domestique resteront prééminentes.

    De toute façon, les emprunts à l’étranger sont plafonnés par le budget. «Le marché financier international constitue une source d’appoint. Ce qui est important, c’est de ne pas s’y absenter longtemps», fait valoir un cadre du ministère des Finances.

    Le produit de l’emprunt va contribuer au financement du budget. Indirectement, il va renforcer les réserves de changes qui se situent autour de 5 mois d’importations de biens et services. Le Trésor interviendra une nouvelle fois sur le marché international en 2020. Cette opération sera neutre puisqu’il doit rembourser 1 milliard d’euros emprunté en 2010.

    F.Fa

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc