×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Diversité en entreprise: Des trophées pour motiver l’égalité au travail

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5637 Le 20/11/2019 | Partager
    Une initiative à l’actif de la Chaire innovation managériale
    16 entreprises en compétition pour 6 prix
    chafik-bentaleb-037.jpg

    Les TMD&I récompensent les démarches, les projets et les pratiques les plus innovants pour lutter contre toute forme de discrimination et promouvoir la diversité au travail, indique le Pr. Chafik Bentaleb, universitaire et directeur de la Chaire innovation managériale (Ph. CB)

    A travers l’organisation de ces Trophées marocains de la diversité et de l’inclusion (TMD&I) prévus le 22 novembre et dont L’Economiste est partenaire, la Chaire innovation managériale s’efforce de promouvoir et de diffuser les bonnes pratiques, les expériences réussies et les expertises développées par les entreprises marocaines en matière de gestion de la diversité. Entretien avec le Pr. Chafik Bentaleb, universitaire et directeur de la Chaire innovation managériale

    - L’Economiste: Genre, niveau social, physique, style vestimentaire, âge,… il y a encore de nombreux aspects, sources de discrimination au travail dans le monde. Comment la promotion de la diversité peut-elle réduire ces discriminations?
    - Chafik Bentaleb :
    La discrimination au travail est une réalité universelle et historique de nature et d’intensité propres à chaque contexte socioculturel. Le Maroc ne fait pas exception et les facteurs de discrimination observés dans nos entreprises sont fortement liés à notre conception sociétale de l’égalité et de la normalité. En tant qu’espace d’action collective et de bien-être, les entreprises ont le devoir de lutter contre toutes les formes de discrimination et ont la responsabilité de promouvoir la diversité. Il faut souligner une différence entre la diversité et la lutte contre les discriminations. Cette dernière se traduit essentiellement par des politiques visant à garantir le principe de l’égalité de traitement tandis que la diversité s’inscrit dans le paradigme de l’égalité des chances où il s’agit de faire bénéficier d’avantages spécifiques tous ceux qui sont désavantagés ou défavorisés au travail.  La non-discrimination est inscrite dans la loi et susceptible de condamnations tandis que la diversité renvoie à une soft law où elle relève seulement de la volonté unilatérale des entreprises.

    - Quelles sont les attentes des entreprises à l’égard de la diversité?
    - Ce qui intéresse l’entreprise est d’abord la performance, et dans ce domaine, la diversité repose sur un argumentaire, appelé le business case, qui met en avant les avantages économiques associés à la mise en place d’une gestion de la diversité et ce, grâce à l’innovation et la créativité qui peuvent émaner d’individus aux profils divers. C’est aussi un moyen d’attirer et de conserver des collaborateurs de grande valeur, sans parler de la réputation de l’entreprise qui devient socialement responsable.
     
    - A qui incombe la responsabilité de promotion de la diversité au sein de l’entreprise?
    - Le management de la diversité reste avant tout l’affaire des gestionnaires des ressources humaines car il s’agit bien de faire évoluer les procédures et les règles de recrutement, de gestion des carrières, d’évolution des salaires, de mobilité, de formation... pour qu’une plus grande diversité en termes de sexe, d’âge, d’origines... soit représentée dans les effectifs de l’entreprise. Mettre en place une politique de diversité conduit en fait à repenser les processus de GRH traditionnellement conduits dans les entreprises. Ceci dit, pour assurer la perennité de ses effets, la diversité doit être une composante de la stratégie de l’entreprise. Les politiques de diversité doivent être portées par la direction générale et doivent diffuser leurs effets dans toute l’entreprise.

    - Favoriser la diversité, c’est aussi l’objectif des 3es trophées de diversité et d’inclusion.  Avez-vous l’impression que ces trophées ont un impact sur les entreprises?
    - Il est clair qu’il y a une plus grande implication des entreprises marocaines dans des démarches de diversité. Sur les 2 précédentes éditions, 80% des entreprises participantes étaient des filiales de firmes multinationales. A titre d’exemple, sur les 16 organisations participantes aux trophées cette année, 12 sont à 100% marocaines. Les pratiques les plus développées au Maroc sont principalement des pratiques en faveur des femmes (Women’s friendly), de la famille (Family’s friendly) et de certaines catégories sensibles de salariés. La mission de la Chaire innovation managériale, à travers l’organisation des TMD&I, est précisément de sensibiliser les dirigeants des organisations marocaines (publiques et privées) aux effets positifs de la diversité et de les inciter à adhérer à cette démarche.

    - Au Maroc, quels sont les secteurs qui font figure de bons élèves?
    - Au Maroc, le développement de politiques de diversité n’est pas associé à un secteur d’activité. Ce sont plutôt la taille et la nationalité des entreprises qui sont les déterminants les plus significatifs. A côté des filiales des  firmes multinationales, les grandes entreprises marocaines socialement responsables (souvent labellisées RSE) font aussi figure de bons élèves. Enfin, certaines administrations publiques marocaines commencent aussi à prendre conscience des enjeux de la diversité et déploient ainsi des dispositifs de promotion de la diversité.

    Propos recueillis par  Badra BERRISSOULE

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc