×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    1er forum international urbain: La ville innovante doit être éco-technologique

    Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5622 Le 25/10/2019 | Partager
    44 spécialistes de 15 pays se sont retrouvés dans la ville
    La Fondation Phosboucraâ, organisatrice
    Environnement et savoir au centre de ce nouveau modèle
    1er_forum_international_urbain_022.jpg

    Zenata, une des premières éco-cités africaines. D’une superficie de 1.830 hectares, l’éco-cité est conçue selon une philosophie ambitieuse: faire des contraintes de son territoire des opportunités. Elle intègre d'une manière durable trois piliers fondamentaux: l’environnemental, le social et l’économique

    Nature et connaissance. Voilà deux dimensions fondamentales qui, selon les spécialistes, doivent être prises en compte pour l’édification de toute «ville innovante». Ils estiment que, si «la prise en compte de la nature est une évidence si l’on veut garantir la protection de notre écosystème», «les luttes contre les pollutions de l’air et des eaux, la perte de biodiversité, et le réchauffement climatique relèvent d’une prise de conscience collective». Et, par conséquent, celles-ci doivent «inciter les politiques du monde entier à chercher des solutions en urgence avec un souci majeur: la protection de toutes les espèces comme condition essentielle pour la protection de l’espèce humaine».

    Développer la «végétalisation»  partout où il est encore possible de le faire

    La résilience, comme capacité de résistance et d’adaptation, constitue donc une première réponse aux perturbations induites par les dysfonctionnements actuels. Aussi, de nombreuses villes du monde entier, sont en train de mettre en œuvre des mesures pour, non seulement préserver la nature existante, mais aussi développer la «végétalisation»  partout où il est encore possible de le faire.

    Les participants au 1er forum international urbain sur «la ville des défis» organisé par la Fondation Phosboucraâ du 18 au 19 octobre derniers au Palais des Congrès de Laâyoune, autour du thème «Innovation éco-technologique», ont également mis l’accent sur la qualité des paysages et des espaces publics, et aussi sur la capacité de créer des espaces de récréation, de loisirs et de rencontre pour développer davantage les sociabilités. Le tout dans le respect des spécificités locales, l’objectif étant de développer une ville viable et attractive.

    Ainsi, lors de ce forum, 44 conférenciers venus d'horizons différents et représentant plus de 15 pays, ont animé pendant deux jours, des panels et des tables rondes sur le concept de la ville éco-technologique, où les innovations technologiques sont en symbiose avec la protection de l’écosystème et le développement durable.

    De nombreuses villes dans le monde mettent déjà en avant, avec ces mêmes préoccupations, un autre volet aussi important: la diffusion des savoirs. Cela par le biais de la formation et de la recherche. Aujourd’hui, avec la globalisation, la transformation de la production et l’exacerbation de la compétitivité des territoires, il est devenu nécessaire de créer de nouvelles opportunités de développement économique pour les villes, s’accordent à souligner les spécialistes.

    Un peu partout dans le monde, c'est l'émergence de hubs de la connaissance, où universités et centres de recherche sont réunis dans des plateformes collaborant étroitement avec des entreprises. Créant ainsi des espaces nouveaux dans la ville qui se développent de plus en plus selon le modèle du clustering territorial.

    Impulser de nouvelles dynamiques territoriales

    Nature et connaissance deviennent donc deux aspects fondamentaux des territoires urbains. La ville innovante doit être éco-technologique. «Une ville innovante aussi bien au plan écologique que technologique, sans antinomies ni oppositions entre ces deux concepts», souligne-t-on.

    Bien plus: elle doit pouvoir offrir à ses citoyens une qualité de vie généralisée, soit donc un environnement sain, une bonne accessibilité, une souplesse dans la gestion des espaces et des services, une facilité d’accès aux soins (e-santé, assistance médicalisée), une possibilité d’accéder à l’information rapidement et d’acquérir les connaissances dans les domaines souhaités.

    En organisant ce 1er Forum international, la Fondation Phosboucraâ a fait bénéficier la région d'une plateforme de réflexion. Elle a permis de débattre sur la manière d'impulser de nouvelles dynamiques territoriales en conciliant innovation technologique et protection des singularités culturelles, environnementales, patrimoniales et paysagères.

                                                                              

    Crucial pour l'Afrique

    ville-dafriqueau-022.jpg

    Aujourd'hui, la transformation rapide des villes et les défis que cela génère nécessitent de «croiser le regard des décideurs, professionnels, universitaires, représentants du monde de l'entreprise, afin d'identifier les enjeux de la ville de demain et y apporter des solutions». Ce débat est plus que crucial notamment pour les villes africaines qui se transforment rapidement prenant des formes très différentes.

    «L'enjeu au niveau de l'Afrique est d'innover dans la démarche territoriale en mettant les nouvelles technologies au service du développement humain, et contribuer ainsi à protéger les spécificités régionales tout en éliminant les inégalités et le clivage Nord-Sud», souligne un participant.

    Cette vision d'un urbanisme au service du développement humain fait la particularité de l'approche de la Fondation Phosboucraâ sur le thème du développement territorial. Son projet de Technopole Foum El Oued, qui a été présenté lors de ce Forum à côté des projets villes vertes de Benguerir et le Pôle Urbain de Mazagan et d'autres modèles de villes internationales, illustre cette double approche.

    L'implication des citoyens est un autre paramètre distinctif de l'approche de la Fondation au développement territorial. La réussite d'une ville innovante au service de l'humain ne peut se faire sans la prise en compte des besoins des usagers de la ville de demain. Le Forum a été aussi l'occasion pour la Fondation de présenter cette approche participative qui s’inscrit dans le projet de concertation citoyenne «Dessine-moi une ville» lancé en mai dernier.

    DNES à Laâyoune, Jamal Eddine HERRADI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc