×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Maroc-Luxembourg: Les opportunités à saisir

    Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5599 Le 24/09/2019 | Partager
    Industrie, finance, logistique attirent les opérateurs luxembourgeois
    Un accord en matière de digitalisation au programme
    Développement de l'industrie des fonds d'investissement en partenariat avec CFC
    atman_haloui_099.jpg

    «Il s'agit de la deuxième mission luxembourgeoise de ce niveau au Maroc en quatre ans, montrant ainsi les liens forts entre les deux pays», souligne Atman Haloui, consul honoraire du Grand Duché de Luxembourg (Ph. Privée)

    Une mission économique du Luxembourg est au Maroc du 23 au 26 septembre. L’objectif est de renforcer les relations commerciales et de redynamiser la coopération économique, notamment dans le domaine de la digitalisation. Détails avec Atman Haloui, consul honoraire du Grand Duché de Luxembourg.

    - L’Economiste: Une délégation d'hommes d'affaires a fait le déplacement au Maroc. Quels sont les secteurs qui suscitent un intérêt pour les opérateurs luxembourgeois?
    - Atman Haloui:
    Une cinquantaine d'entreprises luxembourgeoises multi sectorielles effectueront cette mission économique importante au Maroc sous la présidence de S.A.R. le Grand Duc héritier, accompagné de S.A.R. la Grande Duchesse héritière et menée par le vice-premier ministre et ministre de l'économie. Fait important, il s'agit de la deuxième mission luxembourgeoise de ce niveau au Maroc en quatre ans, montrant ainsi les liens forts entre les deux pays. On retrouve des entreprises aussi bien du secteur digital, de l'industrie, de la finance mais aussi de la logistique et bien d'autres. L'intérêt des entreprises luxembourgeoises pour le marché marocain est considérable. Elles y voient un partenaire fiable, stable avec de très nombreuses opportunités.

    - Où en est la coopération bilatérale en matière de digitalisation?
    - Depuis plus de 10 ans, au Luxembourg, il y a une volonté forte de diversifier davantage l'économie pour la rendre moins dépendante du secteur financier. Ainsi, des investissements massifs et coordonnés ont été effectués dans la mise en place d'une stratégie d'innovation basée sur le digital. De nombreux acteurs mondiaux sont désormais installés au Luxembourg et de nombreuses entreprises luxembourgeoises se sont également développées dans le digital. La coopération avec le Maroc est concrète dans le sens où les acteurs luxembourgeois souhaitent créer une relation forte notamment avec l'Agence du développement digital. Une délégation de cette agence s'est rendue au Luxembourg en juin 2019 afin d'identifier les pistes de coopération qui seront scellées par un accord signé durant cette mission.

    - Quelles sont les opportunités dans le secteur des énergies renouvelables?
    - Le Luxembourg suit avec passion le développement des énergies renouvelables au Maroc et toute la mise en place de la stratégie notamment avec la centrale solaire Noor de Ouarzazate. Les axes de coopération sont nombreux et notamment dans le domaine de l'efficacité énergétique qui est un pilier important du développement durable. Cette transition prévoit par exemple le développement d’un parc immobilier intelligent et plus économe en énergie dont certaines entreprises luxembourgeoises ont développé un grand savoir-faire.

    - Y a t-il un potentiel de coopération entre la place financière de Luxembourg et Casa Finance City?
    - Casa Finance city est aujourd'hui un centre financier, devenu en quelques années, compétitif et reconnu aussi bien au niveau régional qu’international. Et ce développement est loin d'être terminé. Le Luxembourg a été l’une des premières places financières à signer un accord avec Casa Finance City en 2012. Un des axes importants de cet accord concerne l'industrie des fonds d'investissement dont le Luxembourg est la deuxième place mondiale. Je suis certain que le domaine des fonds d'investissement au Maroc, même s'il est déjà très dynamique, reste un énorme réservoir de développement de la place financière.

    - Un forum économique est prévu à l’occasion de cette mission. Comment le Luxembourg peut-il accompagner la politique africaine du Maroc?
    - Le forum économique qui aura lieu durant cette mission a d'abord pour objectif de faire connaître les potentialités économiques des deux pays auprès des entreprises marocaines et luxembourgeoises. Une grande partie de ce forum sera consacrée au volet digital en mettant en avant des acteurs innovants luxembourgeois mais aussi marocains. Par ailleurs, le Luxembourg se positionne comme porte d'entrée en Europe pour les investisseurs du monde entier. D'autre part, le Maroc est la porte d'entrée pour les investisseurs qui souhaitent se développer en Afrique. Ces deux stratégies sont complémentaires et font du Maroc et de Luxembourg des partenaires solides et durables.

    Marché identifié

    Les échanges entre le Maroc et le Luxembourg ne sont pas très importants même s’ils sont en constante croissance depuis les dernières années. «Mais le volume de ces échanges reste nettement insuffisant par rapport au potentiel», note Atman Haloui. Pour lui, les entreprises luxembourgeoises espèrent pouvoir développer les relations économiques. Elles veulent que le Luxembourg soit aussi «un marché identifié» pour les exportateurs marocains.

    Propos recueillis par Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc