×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5594 Le 17/09/2019 | Partager

    ■ Il dépense l’héritage de son fils pour contester une amende
    Un Britannique dit avoir dépensé près de 30.000 livres (33.500 euros) d’économies destinées à l’héritage de son fils pour contester en vain en justice une amende de 100 livres (112 euros) pour excès de vitesse, ce qu’il regrette, a indiqué mardi la BBC. Richard Keedwell, un ingénieur à la retraite de 71 ans, estimait avoir été injustement flashé à une vitesse de 35 miles par heure (56 km/h) dans une zone où elle était limitée à 30 mph (48 km/h), lors d’une excursion à Worcester (ouest de l’Angleterre) en 2016. Il a contesté l’amende en justice, mais la bataille aura duré trois ans, jusqu’à ce qu’il perde en appel en août. Le septuagénaire, qui dénonce un système judiciaire «gravement déficient», a dépensé «la plus grosse partie» des 30.000 livres d’héritage qu’il réservait à son fils en frais de justice et honoraires d’avocats. «Je regrette ce montant», a-t-il confié à la BBC. «Je voulais seulement obtenir justice». Il a notamment recruté l’aide d’un expert en électronique qui avait expliqué au tribunal que le radar avait peut-être été déclenché par erreur ou par un autre véhicule sur une voie adjacente.

    ■ Une rue repeinte en bleu pour rafraîchir Doha
    Un tronçon de chaussée a été peint d’un bleu vif à Doha, capitale du Qatar, pour tenter de refroidir la surface du macadam et de réduire la température environnante qui flirte avec les 50 degrés Celsius dans ce pays du Golfe, hôte du prochain mondial. L’essai intervient à trois ans de la phase finale de la Coupe du monde de football 2022 qui se jouera en hiver pour éviter les chaleurs torrides de l’été. Le tronçon de 200 mètres de la rue Abdallah ben Jassim, entre le marché Souq Waqif et le front de mer, a été enduit d’un pigment bleu réfléchissant d’un millimètre d’épaisseur. L’Autorité des travaux publics se donne 18 mois pour vérifier si la nouvelle surface fait effectivement baisser la température et contribue à réduire la chaleur dans la zone alentour.
    «Nous avons un environnement où les températures sont plus élevées dans l’arrière-pays, ce qui est évidemment inconfortable», explique à l’AFP Alex Amato, responsable de l’organisme public Qatar Green Building Council. «Au lieu d’avoir une route noire qui absorbe beaucoup la chaleur, vous avez une route qui réfléchira une partie de la chaleur», ajoute-t-il. Des systèmes de pavage à froid similaires ont été testés ailleurs, notamment à Los Angeles (Etats-Unis). Comme le Qatar, le Japon cherche à atténuer les effets de températures élevées alors qu’il se prépare lui aussi à accueillir des événements sportifs de premier plan comme la Coupe du monde de rugby cette année et les Jeux olympiques de l’été 2020. Les autorités de Tokyo ont annoncé qu’elles installeraient également des revêtements routiers réfléchissants à travers la capitale pour lutter contre les températures estivales élevées. La ville plantera également des arbustes pour aider à absorber la chaleur. Le goudron et le ciment absorbent l’énergie solaire le jour et la libèrent la nuit. Les villes sont ainsi plus chaudes que la campagne environnante, les bâtiments et les rues agissant comme un énorme puits de chaleur.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc