×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    USA/Chine: Le climat est à l’apaisement

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5592 Le 13/09/2019 | Partager
    Les négociations reprendront en octobre
    Report respectif de la hausse des tarifs douaniers

    Pékin et Washington ont prévu une pause dans l'escalade de leur guerre commerciale. Ce qui devrait permettre aux responsables des deux parties de reprendre leurs négociations, début octobre.

    En signe de bonne volonté, Donald Trump a annoncé qu'il reportait au 15 octobre la hausse des tarifs douaniers portant sur 250 milliards de dollars de biens importés de Chine. Il avait plus tôt salué la décision de Pékin d'exempter certains biens américains de tarifs douaniers punitifs, y voyant un geste fort avant les discussions prévues dans la capitale américaine.

    Affectée par la guerre commerciale, la Chine avait annoncé la première l'annulation de droits de douane supplémentaires sur 16 catégories de produits importés des Etats-Unis. Pékin cherche à alléger la pression sur les industriels et professionnels chinois, qui souffrent des surcoûts induits par ces surtaxes.

    Les exemptions seront effectives du 17 septembre 2019 au 16 septembre 2020. Elles vont des pesticides aux lubrifiants, en passant par certains produits pharmaceutiques et la nourriture pour poissons, a annoncé la Commission des droits de douane du gouvernement chinois.

    La mesure se veut certes un geste de bonne volonté en direction du président américain. Mais les droits de douane punitifs continueront de s'appliquer sur l'essentiel des importations «made in USA», dont le soja et la viande de porc. Enclenché depuis mars 2018, le conflit commercial s'est traduit par des droits de douane mutuels sur des centaines de milliards de dollars d'échanges bilatéraux.

    Début mai, les deux parties étaient sur le point de signer un accord commercial quand les discussions se sont arrêtées. L'administration Trump accusant la Chine d'être revenue sur tous ses engagements. Washington exige des autorités chinoises qu'elles mettent fin à des pratiques commerciales jugées déloyales. Et ce, en particulier le transfert forcé de technologies, les subventions massives aux entreprises d'Etat chinoises ou encore le vol de la propriété intellectuelle.

    Tout en écartant la perspective d'une récession, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a fait savoir récemment que «la guerre commerciale n'avait aucun impact pour le moment sur l'économie américaine, mais elle toucherait surtout l'économie chinoise…».

    Ses exportations ont connu un repli sur un an le mois dernier (-1%). Elles avaient pourtant bien résisté en juillet (+3,3%) en dépit des tensions commerciales avec les Etats-Unis. Quant aux importations de la Chine, elles ont poursuivi leur repli en août (-5,6% sur un an), à un rythme inchangé par rapport à juillet, dans un contexte de demande intérieure en berne.

    Impact sur le milieu des affaires

    Pékin avait commencé en mai à recevoir des demandes d'entreprises de levée des surtaxes de 25% appliquées depuis l'an passé sur une série d'importations américaines. Le pessimisme gagne également les entreprises américaines présentes en Chine, selon un rapport publié par la Chambre de commerce américaine à Shanghai. Un quart d'entre elles disent s'attendre cette année à une baisse de leur chiffre d'affaires. Elles étaient seulement 6,1% en 2018. Près de 47% prévoient d'augmenter leurs investissements dans le pays asiatique contre 61,6% l'an passé.

    F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc