×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5591 Le 12/09/2019 | Partager
    La 12e édition se déroulera du 19 au 26 octobre
    Elle sera présentée le 11 octobre au Sénat français
    Françoise Atlan, Leili Anvar, Marouane Hajji… guest- stars
    faouzi_skali_091.jpg

    «Nous souhaitons montrer que la spiritualité ne viendra pas s’opposer aux acquis de l’humanisme, mais plutôt insuffler une âme en celui-ci, en lui redonnant sens et profondeur», souligne Faouzi Skali, président du Festival de Fès de la culture soufie (Ph YSA)

    Dernière ligne droite pour les préparatifs du festival de Fès de la culture soufie. L’événement doit se dérouler du 19 au 26 octobre. Cette 12e édition, initiée sous la thématique: «La culture soufie, un humanisme spirituel pour notre temps», est organisée en partenariat avec le groupe Eco-Médias, les ministères de la Culture et des Affaires islamiques, ainsi que BMCE Bank of Africa et le groupe OCP.

    «Le festival a choisi cette année d’associer les notions d’humanisme et de spiritualité. Ce choix peut paraître d’autant plus étonnant que le premier terme, dans l’histoire occidentale, depuis le XIVe siècle, renvoie à un mouvement de la pensée dont le but était de s’émanciper des ordres transcendants de la religion et du sacré», indique Faouzi Skali, président du festival.

    Et de poursuivre: «la culture soufie peut apporter sa contribution, parmi d’autres spiritualités et sagesses du monde, à une autre civilisation possible». D’où l’intérêt pour le soufisme qui s’inscrivait à sa façon dans un débat déjà ancien entre foi et raison, religion et politique, liberté et transcendance. La nouvelle édition, qui sera présentée le 11 octobre au Sénat français (Paris), mettra en lumière cet héritage.

    Le programme s’ouvrira, le 19 octobre, par une création artistique intitulée «Al Shushtari prince des troubadours». Ce spectacle inaugural connaîtra la participation de la chanteuse franco-marocaine Françoise Atlan, le chanteur flamenco, Curro Piñana, le Marocain Marouane Hajji, ainsi que les récitants Amal Ayouch, Carole Latifa Ameer et Théophile de Wallensbourg. Le tout étant sous la direction du chef d’orchestre marocain Mostafa Amri.

    Le lendemain, les organisateurs du festival donneront le coup d’envoi du «Davos spirituel». Au total, 10 tables rondes sont prévues, de quoi créer une pensée collective autour de «l’humanisme spirituel pour notre temps», «la culture soufie comme art de vivre» et «pratique de la non-violence au quotidien», entre autres.

    Côté nuits soufies, le festival accueillera les Tariqas Boutchichiya, Wazzaniya, Rissouniya, Sharqawiya, Darkawiya et Sqalliya. Par ailleurs, le programme comprend une exposition de l’artiste-peintre Sami Ali et une visite spirituelle de la ville de Fès intitulée «Le soufisme, un art de vivre».

    Le festival 2019 invite également à un récital poétique et musical de l’iranologue Leili Anvar et la chanteuse iranienne Farzaneh Joorabchi, extrait du livre «Les contes des sages perses». Comme pour son ouverture, la clôture de l’événement présentera un spectacle-création intitulé «Le langage secret des fleurs et des parfums». Cette fresque sera interprétée par plusieurs artistes, dont la marocaine Fatem Zohra Qortobi, l’Iranienne Farzaneh Joorabchi, le Turc Ferhat Oguz Korc et les derviches de la Tariqa Halveti Ussaki.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc