×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Brèves Internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:5591 Le 12/09/2019 | Partager

    ■ USA: Fannie Mae et Freddie Mac font encore parler d’eux
    Sauvés par l’Etat, les groupes de financement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac risqueraient encore la faillite en cas de crise. Onze ans après l’éclatement de la bulle immobilière causé par les prêts immobiliers à risque, ils ont urgemment besoin d’une réforme, a plaidé le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin.
    Nationalisées pendant la crise de 2008-2009, ces entreprises demeurent trop importantes pour faire faillite (too big to fail), a-t-il averti devant une commission du Sénat. Cela impliquerait de les sauver à nouveau avec l’argent des contribuables en cas de sévère récession. L’Etat a déjà dû verser près de 190 milliards de dollars en 2008 pour éviter la faillite de ces organismes noyés sous les crédits subprimes insolvables.
    Le Trésor a présenté cette semaine l’ébauche d’une réforme de ces institutions pour qu’elles soient privatisées avec l’apport de capitaux et qu’elles ne dépendent plus de l’Etat. Tout en permettant, par leur mécanisme de revente des crédits, de continuer d’aider au financement de prêts immobiliers à très long terme.

    ■ Pauvreté en France: Les chiffres de l’Insee
    La France comptait en 2017 quelque 8,9 millions de personnes considérées comme pauvres, soit 14,1% de la population. Un taux quasi stable par rapport à 2016, selon une étude de l’Institut national des statistiques (Insee). Ces personnes vivent avec moins de 1.041 euros par mois, seuil qui correspond à 60% du niveau de vie médian de la population. Les inégalités de niveau de vie sont quasiment stables en 2017, par rapport à 2016. Les 10% les plus modestes ont un niveau de vie inférieur à 11.190 euros annuels, soit 3,4 fois moins que les 10% les plus aisées, précise l’institut statistique. En 2017, 37,6% des chômeurs étaient statistiquement pauvres, contre 7,1% des salariés, un écart qui se réduit légèrement.
    Le niveau de vie médian de la population s’élevait à cette époque à 20.820 euros annuels (0,4% de plus qu’en 2016 en euros constants). Il augmente à un rythme modéré depuis quatre ans, après avoir diminué à la suite de la crise économique de 2008.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc