×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les deux lièvres de l’industrie japonaise au Maroc

    Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:5583 Le 02/09/2019 | Partager
    Sumitomo Electric et Yazaki: 34.000 emplois dans 11 usines!
    Le Maroc, deuxième récipiendaire africain des IDE japonais
    japons_ventes_083.jpg

    C’est avec une grosse délégation de responsables gouvernementaux et de chefs d’entreprise (dont plusieurs banquiers) que le Maroc a participé à la 7e conférence internationale sur le développement de l’Afrique de Tokyo qui s’est achevé vendredi 30 août à Yokohama.

    La forte présence des entreprises et des organisations internationales est une spécificité de cette conférence. Vu de Tokyo, c’est par l’investissement privé que se joue le développement des économies africaines. Sur le continent, le Maroc est la deuxième destination des investisseurs japonais, derrière l’Afrique du Sud.

    A Osaka, Shizuoka, Kyoto comme à Tokyo, le Royaume bénéfice d’un important capital image de stabilité. Tous les dirigeants des entreprises nipponnes que L’Economiste a rencontrés là-bas l’ont répété. Mais cet atout ne se traduit pas assez dans la balance commerciale. Les exportations du Maroc vers le Japon concernent principalement les produits de la mer (59%).

    Dans l’autre sens, les importations marocaines depuis le Japon concernent les machines et appareils mécaniques (30%), les appareils électriques (16,5%) et les véhicules (22%). Les échanges extérieurs maroco-japonais représentent 5% du volume entre le Maroc et l’Asie.

    Au total, 66 sociétés japonaises sont actuellement opérationnelles au Maroc. Cela va de la PME (tout est relatif, les critères de qualification n’étant pas les mêmes) à la grande multinationale. Deux des porte-drapeaux de l’industrie nipponne ont massivement misé sur le Maroc: le groupe Yazaki qui y détient trois usines et en ouvrira une quatrième en janvier prochain et Sumitomo Electric, une des stars mondiales de l’industrie des câbles sous-marins, du matériel industriel, de composants électroniques et de l’équipement destiné à l’énergie et l’environnement.

    Selon un sondage réalisé par Jetro (l’agence japonaise de promotion de l’investissement et de l’export), une entreprise japonaise sur deux implantée au Maroc prévoyait une amélioration du résultat d'exploitation contre une prévision de 34,8% en 2018. La proportion des entreprises envisageant d'étendre leur activité était particulièrement importante: au moins 2/3 soit 65,2% et 7 sur 10 s’attendaient à une hausse du chiffre d'affaires sur le marché local.

    De notre envoyé spécial à Tokyo et Osaka Abashi SHAMAMBA

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc