×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5579 Le 27/08/2019 | Partager

    ■ Des matières fécales pour sauver des koalas affamés
    Comment sauver des koalas affamés, menacés par la disparition de leur habitat naturel et de leur nourriture favorite? Des scientifiques australiens ont trouvé la solution, en leur faisant ingérer... des matières fécales. Les chercheurs ont fait ingérer aux marsupiaux ces matières, conditionnées sous forme de capsules, afin de modifier la flore microbienne présente dans leurs intestins. Une altération qui leur permet ainsi de pouvoir manger davantage de variétés d’eucalyptus. Dans cette étude, publiée mardi dans le journal Animal Microbiome, Michaela Blyton, de l’école de chimie et des sciences moléculaires à l’Université du Queensland, explique avoir été poussée à agir après avoir constaté une chute importante des populations de koalas à Cap Otway, le long de la fameuse Great Ocean Road, dans l’Etat de Victoria.
    «En 2013, la population de koalas a atteint une densité très importante, ce qui les a conduits à manger tous les arbres de leur espèce préférée», a noté Mme Blyton, qui a dirigé cette expérience. Cela a débouché sur un taux de mortalité effrayant de 70% des koalas, en raison de la famine engendrée chez eux par la disparition de leurs arbres préférés. Mais la plupart n’ont pas pour autant essayé de manger une autre espèce d’eucalyptus pour survivre. «Cela nous a conduits, moi et mon collègue Ben Moore de la Western University de Sydney, à nous demander si les microbes présents dans les intestins des koalas, leur microbiome, ne limitaient pas le type d’arbres qu’ils pouvaient manger. Et s’il ne serait pas possible d’étendre leur régime alimentaire par le biais d’inoculation de matières fécales», a repris Michaela Blyton. Les scientifiques ont donc donné à manger à des koalas des capsules contenant des matières fécales d’autres marsupiaux habitués à manger une autre espèce d’eucalyptus. Ces capsules ont permis de modifier avec succès les microbiomes des koalas, qui ont pu de ce fait commencer à manger la seconde sorte d’arbres que la plupart d’entre eux boudaient auparavant.

    ■ Une bouteille à la mer d’un marin russe trouvée  50 ans après
    Un Américain ramassant du bois sur une plage en Alaska a trouvé une bouteille contenant un message écrit il y a un demi-siècle par un marin russe. «Bien le bonjour! Du vaisseau-mère de la flotte d’Extrême-Orient le VRXF Soulak», indiquait le message, roulé dans la bouteille fermée par un bouchon en plastique. «Nous vous souhaitons une bonne santé, une longue vie et une bonne navigation. 20 juin 1969». Tyler Ivanoff, un assistant scolaire habitant le village de Shishmaref en Alaska, a relaté avoir dû ouvrir ce bouchon avec ses dents. «L’intérieur était resté étanche, avec une odeur évoquant du vin ou un vieil alcool. Le message était sec», a-t-il expliqué au journal Nome Nugget. M. Ivanoff a publié le 5 août sur Facebook des photos de la bouteille et du message, demandant l’aide des internautes pour le traduire. Une chaîne de télévision russe, Rossiya 1, s’est alors rendue à l’adresse de l’expéditeur à Vladivostok. Ses journalistes sont ensuite remontés  à un capitaine de la marine soviétique à la retraite, Anatoli Botsanenko, qui avait navigué en 1969 sur le Soulak alors qu’il avait 35 ans.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc