×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
Economie

Compensation: Le gaz butane décroche de 7% au premier semestre

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5573 Le 09/08/2019 | Partager
La moyenne des cours en baisse de 15% sur les 7 premiers mois
Le soutien du sucre affecté exclusivement à la production locale
Sa consommation mensuelle atteint 100.000 tonnes
gaz_butane_073.jpg

En juillet 2019, le prix du gaz butane a atteint 374 dollars la tonne, accusant ainsi un repli de 3% par rapport au mois de juin de la même année. En glissement annuel, la moyenne des cours du gaz butane s’est contractée de 15% sur les 7 premiers mois

La compensation recule sur le premier semestre.  Selon les données de la Caisse, le montant global des paiements arrêté à fin juillet dernier s’élève à 8,95 milliards de DH dont 7 milliards au titre du gaz butane et le reste pour le sucre.

Cependant, les chiffres de la TGR (Trésorerie Générale du Royaume) font état d’un montant global déboursé de 9,63 milliards de DH à fin juin dernier, soit une explosion de 121% par rapport à la même période de 2018. C’est pratiquement la réalisation de plus de moitié du montant budgétisé.

Cette situation traduit néanmoins le remboursement d’arriérés en souffrance de l’année précédente. Le gaz butane représente la part la plus importante de la compensation, sa  charge au premier semestre s’est élevée à 5,26 milliards de DH, contre 5,64 milliards sur la même période de 2018, soit un recul de 7%. Surtout sous l’effet de la baisse des cours du gaz butane à l’international. (Voir infographie ci-contre). Par type d’embouteillage,  la bouteille de 12 kg comme celle de 3 kg ont vu leur soutien baisser d’au moins 10 DH/unité.

Pour le sucre, les dépenses de compensation sont restées stables. De même, les volumes consommés n’ont pas enregistré des fluctuations notables. En moyenne, les Marocains consomment 100.000 tonnes par mois, 613.240 tonnes sur le premier semestre. Et la compensation porte pour la totalité sur le sucre produit localement.

En revanche, la Caisse dégage des recettes sur le sucre importé au titre des équivalents tarifaires. Ceux-ci devraient quelque peu  s’améliorer avec la tendance légèrement baissière des cours à l’international. A fin juillet dernier,  les cours du sucre ont accusé un repli de 4% par rapport à la même période de 2018.

Sur ces bases, la charge de compensation de sucre au premier semestre  s’est élevée à 1,74 milliard de DH contre 1,73 milliard à la même période de 2018. Le soutien forfaitaire par kilogramme de sucre n’a pas bougé. Il s’établit à 2,8 DH/kg.

A.G

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc