×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    World Merit Morocco: Un vivier d’activistes «maison» en soutien aux ODD

    Par Joséphine ADAM | Edition N°:5573 Le 09/08/2019 | Partager
    L’impact des projets sera mesuré et accompagné au cours des 6 prochains mois
    Mobiliser 100.000 jeunes Marocains au cours des 3 prochaines années, parmi les espoirs
    mohamed_lahmani_072.jpg

    Le président et co-fondateur de World Merit Morocco, Mohamed Lahmani, lui-même âgé de 24 ans, espère donner envie aux jeunes Marocains de s’engager pour la durabilité de la planète (Ph. F. Wilming)

    Leur donner envie d’avoir envie. Le World Merit Morocco ne veut pas se limiter à ses 5 jours de conférences dédiées à l’engagement de jeunes activistes autour de l’agenda 2030 des Nations unies, en vue d’achever les Objectifs de développement durable.

    Ici, il s’agit d’être concret dans ses actions. «Nous voulons faire réagir les jeunes de notre pays. Que tout le monde prenne sa responsabilité en tant que citoyen et agisse», explique le président et co-fondateur de World Merit Morocco, Mohamed Lahmani.

    Organisée jusqu’au 10 août prochain au sein de l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguérir, cette 2e édition se veut plus inclusive en termes de représentativité que la première. En effet, les participants ne viennent pas forcément de pays membres du World Merit.

    «Nous avons ouvert la porte à tous les porteurs d’idées et de projets susceptibles d’impacter au minimum 100 personnes dans leurs communautés locales. Cet impact sera mesuré et accompagné au cours des 6 prochains mois. Il ne suffit pas d’en avoir la capacité, il faut agir concrètement dès la fin du sommet», continue le jeune président, lui-même âgé de 24 ans.

    Entièrement financé par l’OCP, cet événement réunit actuellement quelque 450 jeunes de plus de 20 pays, qui ont entre 18 et 35 ans, et sont conscients des enjeux de durabilité de la planète. «L’OCP est une entreprise affamée de jeunes talents. Nous sommes là pour voir comment ils réfléchissent», confirme El Mehdi Saadi, program lead au sein de la structure Sustainability du groupe.

    Un modèle plein d’enseignements puisque les représentants du phosphatier ont expliqué comment il a intégré l’économie circulaire en tant que cadre de travail afin de pouvoir structurer toute certaines ont préservé leur label. Il s’agit des sites balnéaires de Moussafir, Oum Lbouir et Lakhira à Dakhla, Aglou à Tiznit, El Oualidia, Aïn Diab à Casablanca, Zenata, Mehdia à Kénitra et Moulay Bouselham.

    Cette année, la première escale de la caravane «Plages propres de l’ONEE» s’est tenue le 9 juillet à la plage de Sidi Moussa à Aglou dans la région de Tiznit action environnementale. Mais aussi comment le groupe a structuré sa façon de partager la valeur avec la communauté et comment il opère pour garantir à la fois des impacts réels sur le terrain mais aussi des impacts durables.

    Accompagner les jeunes vers l’activisme est donc la finalité du World Merit Morocco. En seulement 3 ans, ce contingent d’engagés est passé de 3 à 2.000 personnes au sein de la communauté marocaine, dont 800 membres actifs. Ce bureau national est aujourd’hui présent dans 8 villes, de Casablanca à Dakhla, avec comme objectif de s’étendre sur les 12 régions et de mobiliser 100.000 jeunes au cours des 3 prochaines années.

    Le World Merit Morocco est devenu le leader au niveau international de la communauté World Merit, soit en termes d’impact, de projets et même d’infrastructures, via le soutien de l’OCP. C’est ainsi que l’ouverture du futur bureau africain est prévue à Rabat.

    World Merit est une organisation internationale, partenaire des Nations unies, qui tente de démontrer l’impact d’une opportunité. «Pour avoir accès aux différentes plateformes qui listent les opportunités à saisir, il ne s’agit plus d’injecter de l’argent. Il faut aujourd’hui gagner des points.

    Pour les gagner, il faut être actif au sein de sa propre communauté locale et partager, avec la communauté mondiale, le résultat de l’impact de ses actions», explique Saadi. Une sorte de récompense concrète et inclusive pour ses actions menées sur le terrain. A condition qu’elles soient impactantes.

    J.A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc